.:.Chronique.:.

Pochette

Secret Mommy

Mammal Class

[Orthlorng Musork/La Baleine::2004]

|01 AOL Key Word Party|02 An Apple A Day KeepsThe Mac Voice Away|03 Scrtmmmy: The Shame Of Pink To Come|04 Andrew W. Cake|05 I'm Juan|06 Ta-Da Peru|07 Parallel Parka|08 Bottom 40|09 Shania Twang|10 Don't Croak|11 Anthems Of The Andysirables|12 Mess With The Bull Get The Horns|13 If You Miss Me And You Know It, Stomp Around|

C’est de Vancouver que Secret Mommy nous arrive. Les canadiens réalisent leur deuxième album après « Babies That Hunt » pour le label Orthlorng Musork. Secret Mommy n’est même pas à prendre au deuxième mais plutôt au dixième tellement leur musique décalée et à mille lieux du sérieux qui caractérise trop souvent les artistes de musiques électroniques dites cérébrale. Ici le cérébral est tout de même laissé un peu de côté et laisse place à une forme de bonne humeur communicative et débordante. Une douce folie règne sur « Mammal Class » et celle-ci est contagieuse.

Une folie qui se mesure aux moyens que Secret Mommy a mis en œuvre pour mettre sur pieds ce disque. Le sampling y est quasi permanent. Ce n’est pas la première fois qu’on entend ce genre d’effort mais ce qui surprend c’est justement le choix des samples. Ainsi Secret Mommy n’a guère hésité à utiliser, entre autres, des morceaux de Shania Twain, Pink ou Mary J. Blige ainsi que des sons animaliers, des sons de tous les jours ou des passages d’émissions télé. Le tout donne des morceaux qui partent dans tous les sens, qui semblent être complètement incontrôlables. Finalement ce disque est presque le reflet d’une société occidentale qui ne se contrôle que difficilement et où les débordements sont fréquents. Cependant « Mammal Class » possède un second visage puisqu’il s’annonce comme un disque résolument optimiste où le foisonnement d’idées est constant. Ce qui laisse croire que notre société n’est pas en train de dépérir mais qu’elle plus sur une voie de mutation mais une mutation à vitesse grand V.

« Mammal Class » est bien un album d’une fraîcheur à toute épreuve mais même si le côté un peu fouillis agaceront certains il reste difficile, à son écoute, de ne pas faire comme dans « Shania Twang » laisser échapper le cri jouissif du cow-boy. YYYYEAAAAH !!!

note : 7

par Fabien, chronique publiée le 04-06-2004

A voir également :

http://www.musork.com

?>