.:.Chronique.:.

Pochette

Kid Spatula

Meast

[Planet Mu / La Baleine::2004]

Mike Paradinas (Aka µ-Ziq) essaye de brouiller les pistes en s’appropriant un autre pseudo : Kid Spatula. Enfin cela reste tout de même un secret de polichinelle. Tout le monde, ou presque, sait que Mike Paradinas est Kid Spatula. Pour qui s’intéresse un tant soit peu au parcours du fondateur du label Planet Mu, ce n’est pas vraiment une surprise. Cependant surprise il y a en l’occurrence avec ce double album de morceaux enregistrés entre 1994 et 1998. Double compilation donc. Pourquoi cette exhumation de vieux titres paraît-elle si surprenante ? Cela mérite quelques explications.

Déjà le fait de racler les fonds de tiroir même quand on connaît le talent de M.Paradinas peut laisser craindre le pire. Le pire étant d’entendre des morceaux qui auraient mal passés l’épreuve du temps. Et cela est un mal récurrent dans les musiques électroniques qui se veulent abordables pour ne pas dire populaire. Parfois il n’y a pas à attendre 6 ans pour s’apercevoir que certains titres sont complètement hors du coup et anachronique. Mes craintes n’étaient, bien heureusement, pas fondées. C’est un M.Paradinas presque sublimé qui apparaît sur ce double album. On connaissait son goût pour la mise en forme et ici, bien que les titres aient été écrits à différents moment de sa vie, il se dévoile enfin comme le mélodiste hors pair qu’on a toujours su en lui. Encore une fois c’est la simplicité qui l’emporte. Une architecture sonore somme toute assez basique mais qui fait un effet dévastateur pour tout ceux qui ont un faible pour les mélodies lumineuses. Il y a un petit côté juvénile, presque naïf mais certainement pas puéril. On sent que M.Paradinas s’est plaisir tout au long de ces années.

En tout cas c’est l’occasion de découvrir ou de redécouvrir des morceaux qui avaient disparu de la circulation et qui datent de ce qu’on pourrait appeler l’âge d’or de M.Paradinas. Ce disque n’est pas une sorte de testament bien au contraire. Elle ne se veut en rien nostalgique et ne veut pas démontrer que les plus beaux moments de créativité du bonhomme sont derrière lui. « Bilious Path » paru l’année dernière est là pour nous le rappeler. Ce disque s’adresse donc aux fans purs et dur autant qu’au premier venu qui s’essaierait au genre. On pourrait plus mal commencer.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 03-06-2004

A voir également :

http://www.planet-mu.com

?>