.:.Chronique.:.

Pochette

Branca, Glenn

Lesson N°1

[Acute Records/Chronowax::2004 (réédition)]

|01 Lesson N°1 For Electric Guitar|02 Dissonance|03 Bad Smells|

Attention chef d’œuvre. « Lesson N°1 » est un disque mythique, légendaire, qui aura marqué son temps et ceux à venir. Que n’aura t’on dit sur cet album ? Tout sûrement et ce ne sera sans doute pas assez. A quoi bon encore en parler aujourd’hui me direz-vous ? Surtout 24 ans après sa sortie. Même si les réputations de ce disque et de son auteur se suffisent à elles mêmes il est encore bon de devoir rappeler que « Lesson N°1 » est essentiel comme peut l’être « The Ascension » album de la même période, qui marquent l’après Theoretical Girls, combo punk qu’il avait formé en 1976.

Glenn Branca donc. L’homme par qui Sonic Youth ne serait sans doute jamais rien devenu s’il ne les avait pas pris sous son aile et permis de sortir leur premier disque via son label Neutral. Glenn Branca, une des figures de la no-wave, a eu cette idée de génie qui est devenue son concept récurent de faire de la guitare un instrument de recherche et d’expérimentations sonores. Ainsi « Lesson N°1 » pose les bases de ce qu’allait devenir les différents œuvres à venir de l’américain. Tout tourne autour d’une guitare (ou de plusieurs) qui monte crescendo, donnant de plus en plus de puissance, et qui est marqué par des séquences répétitives et entêtantes. Dire que Sonic Youth doit énormément aux efforts de Branca est un doux euphémisme. Il suffit de réécouter les premiers disques du groupe et de les comparer avec « Lesson N°1 » pour s’en rendre compte. Par la force des choses, par l’intensité dégagé par ses morceaux et finalement pour toute l’influence qu’il a généré au cours des années suivantes sur de nombreux musiciens, ce disque est devenu un classique incontournable. C’est sans doute pour cela qu’il faut encore parler des premiers disques de G.Branca pour pas qu’on les oublie ou qu’ils ne restent que dans les souvenirs de vieux barbons revanchards.

De plus en ajout des deux premiers morceaux originaux le label Acute a eu la bonne idée de rajouter le titre « Bad Smell » long de plus de 16 minutes et où participent Thurston Moore et Lee Ranaldo. Il n’y a pas de hasard. Et comme si cela ne suffisait pas les gens d’Acute ont cru bon, et ils ont eu raison, de mettre une vidéo sur le cd qui représente la « Symphony N°5 ». Bref une réédition qui apporte son petit lot de surprises.

Quoi qu’il en soit nous sommes en face d’un disque majeur qui se devrait de figurer dans toute discothèque idéale. L’énergie intense qui se dégage de cet album est comme une claque qui n’en finit plus de faire mal. D’ailleurs de cette claque il est fort à parier que vous ne soyez pas prêt de vous en remettre.

note : 10

par Fabien, chronique publiée le 22-05-2004

A voir également :

http://www.glennbranca.com

http://www.acuterecords.com

.:.L'avis des autres rédacteurs.:.

johan : avis du rédacteur

?>