.:.Chronique.:.

Pochette

Faust / Dälek

Derbe Respect, Alder

[Staubgold/Klangbad/La Baleine::2004]

|01 Imagine What We Start|02 Hungry For Now|03 Remnants|04 Dead Lies|05 Erratic Thoughts|06 Bullet Need Violence|07 Collected Twighlight|08 T-Electronique Total|

Ce qui est bien avec Faust, et en même temps c’est rassurant, c’est que l’on ne sait jamais à quelle sauce on va être mangé. Encore une fois Faust prend son petit monde à contre pied en s’associant avec le trio hip-hop américain Dälek. Cette association aurait pu paraître des plus improbables pour ceux qui ont tendances à un peu trop sous-estimer les vétérans allemands. Ce disque, qui a mis pas moins de deux ans à être enregistré, est donc la rencontre entre un kraut-rock mutant où la puissance sonore est de mise et un hip-hop underground et profondément urbain. Ne nous y trompons pas, les deux groupes ont beaucoup de choses en commun. Cette volonté d’expérimenter, de casser les codes, de créer une musique où le chaos est roi, d’exprimer un malaise sociale, de jouer une musique engagé et au fort volume sonore. Tout cela est bien propre aux deux formations.

C’est donc bien un cocktail explosif que nous avons entre les mains. Et pourtant rien ne destinait les groupes à travailler ensemble. Il a suffit que Dälek envoie un cd au label Klangbad créé par Hans Joachim Irmler pour que les membres de Faust soient emballés par les morceaux des américains. Les différentes rencontres a donc aboutis a ce disque à la puissance remarquable. Car « Derbe Respect, Alder » est un disque qui s’écoute avec le volume poussé au maximum. Dès le premier morceau, « Imagine What We Started », on comprend rapidement que cet album n’est pas fait pour les âmes sensibles. On entre ainsi dans des ambiances assez lourdes et pesantes mais parfaitement intenses. Un morceau comme « Dead Lies » est assez symptomatique de ce qu’est l’album : une agression permanente mais une agression dans le bon sens du terme. De ces agressions qui vous agite le bocal, qui vous mette sans dessus dessous. Un disque qui ne vous laissera, quoi qu’il arrive, certainement pas indifférent.

Faust prouve une fois de plus qu’il faut compter avec eux et qu’il a encore beaucoup à donner. Dälek, de son côté, nous rassure quelque part en nous montrant que le hip-hop n’est pas encore mort et que lui aussi a un avenir qui peut s’annoncer radieux tant que des groupes comme celui-ci sauront bousculer les règles établies. Cette association en est la plus belle des réponses à l’inertie. « Derbe Respect, Alder » ? Un must, tout simplement.

note : 9

par Fabien, chronique publiée le 20-05-2004

A voir également :

http://www.staubgold.com

http://www.klangbad.de

?>