.:.Chronique.:.

Pochette

Dj Cam

Liquid Hip Hop

[Inflamable Records::2004]

|01 The sound of the street|02 Premier|03 6 sense|04 Ghetto supastar|05 The L|06 Espionnage feat Guru (Dj Cam streetremix)|07 Don Dada|08 Liquid hip hop|09 Kalimba groove|10 Love Junkee feat Cameo & J Dilla (J Dilla remix)|11 Comewithastring|

On ne présente plus Dj Cam mais dans un soucis d’accessibilité on va quand même le faire. Dj Cam, alias Laurent Daumail, un petit bonhomme de Paris influencé par le funk et le jazz et qui se lance au début des années 90 dans l’art des platines pour créer un abstract hip hop à la Dj Shadow (la comparaison était inévitable), très largement respecté par la scène hip hop. Après quelques expériences soul/funk, le gars nous revient en 2004 pour ce Liquid Hip Hop, un album qui fait mal aux platines !

Sur ce nouvel opus, Dj Cam ne laisse pas vraiment de côté ses influences soul et jazz, rien que l’intro sonne comme la bande originale d’un film de gangsters à la sauce seventies, on retrouvera ce côté Tarentino période Jackie Brown tout le long de ces onze titres avec notament des cuivres, du piano, des samples funkies et bien entendu des scratchs vraiment classes, discrets mais paradoxalement très présents. Il y a aussi cette ambiance très urbaine, en guise d’illustration on peut parler des samples de voiture de flics sur Don Dada ou du phrasé gangsta rap des invités, mais c’est surtout dans les beats qu’on ressent ce côté "street", on ne peut s’empêcher de penser à ces images de jeune black ricain qui fait une démonstration de danse hip hop dans les rues de New York avec ses potes. Il y a tout de même, et heureusement, quelques titres posés et groovies, comme l’excellent Kalimba Groove avec cette basse lourde et ces petits sons clinquetants. Deux titres rappés également de très bonne facture, légèrement old school sur les bords et absolument pas "gangsta rap agressif" qui s’intègrent bien à l’ambiance Starsky et Hutch version hip hop/funky. On déplore seulement l’absence d’un titre super classe et un peu plus barré que la moyenne qui pourrait relever l’intérêt général du disque, pourquoi ne pas aller au fond des choses et pousser le concept urbain seventies un peu plus loin ? Petite frustration donc, mais un disque qui porte très bien son nom, voici un abstract hip hop très fluide qui s'écoute d'une traite.

Dj Cam fait du bon hip hop musical, c’est un fait, seulement il n’est pas aussi audacieux que les Dj Shadow, Dj Spinna ou Dj Krush. Dommage parce qu’avec des influences comme les siennes et son excellente idée de faire un disque de rue, il aurait vraiment pu pondre la bande son parfaite pour le prochain Tarentino ! Peut-être un peu trop accessible mais un bon disque pour découvrir le genre et remuer la tête.

note : 7

par johan, chronique publiée le 10-05-2004

A voir également :

http://www.sonymusic.fr/djcam/

.:.L'avis des autres rédacteurs.:.

Fabien : avis du rédacteur

?>