.:.Chronique.:.

Pochette

Minimal Self

Formula Of Reversal

[Wavetrap/Chronowax::2004]

Derrière le pseudo de Minimal Self se cache John Everall. Sur ce morceau unique de presque 51 minutes J.Everall délivre une musique électronique minimale, répétitive, expérimentale et avec des tendances cinématographiques. Cela tombe bien puisque notre bonhomme s’inspire directement des films d’un certain Len Lye. La première impression est ce sentiment de fouillis sonore, de brouillon séquentiel ou aucune ligne directrice ne serait envisagé. Pourtant ce disque n’est pas aussi anarchique qu’il semble le laisser paraître. « Formula Of Reversal » est une succession de séquences plus ou moins longues qui laissent imaginer une influence industrielle certaine. Le rythme est cependant quasi identique quelle que soit la séquence. L’utilisation abusif de la boucle pourrait facilement lasser si J.Everall ne variait pas aussi souvent les effets sonores.

Quoi qu’il en soit « Formula Of Reversal » reste d’une sobriété sereine. Le genre de disque qui pourrait largement servir pour tout film d’anticipation ou expérimental. On pourra cependant regretter que cet album soit trop linéaire ou qu’il ne surprend pas trop à l’écoute. Dès les premières minutes on devine ce qui nous attend sans que l’on puisse trop se tromper. C’est d’ailleurs bien le problème de ce genre de disque. On aurait presque envie de dire que le petit monde des musiques électroniques produit encore de très beaux albums, heureusement, mais qu’il tourne cruellement en rond. Y aurait-il un manque d’imagination ? L’âge d’or est bel et bien passé. Nous sommes en phase avec une période de normalité et de routine malgré quelques sursauts d’orgueil. Il faudra donc prendre « Formula Of Reversal » pour ce qu’il est : un disque de musique électronique cérébrale assez bien produit mais qui ne déclenche pas l’enthousiasme. Et c’est bien dommage.

note : 6

par Fabien, chronique publiée le 04-05-2004

A voir également :

http://wav.post-pop.org

?>