.:.Chronique.:.

Pochette

Aqme

Polaroïds & Pornographie

[AT(h)OME/BMG::2004]

|01 Pornographie|02 A chaque seconde|03 3'38|04 Tes mots me manquent|05 La théorie du poisson rouge|06 Sur le fil|07 Vampire|08 Comprendre|09 Etre et ne pas être|10 Ce que tu es|11 La vie est belle|12 La réponse|

Aqme (AqME comme écrivent les kids) est un quatuor parisien responsable d’un premier album, Sombres Efforts, sorti en 2002. Membres de la Team Nowhere, ils se démarquaient du lot avec leur pop rock mélodique à grosse guitare quand tous les autres faisaient du rap metal à la Limp Bizkit. Ils nous reviennent cette année avec un deuxième album Polaroids & Pornographie.

Chouette, un nouveau disque de la Team Nowhere… Comment ne pas avoir d’apriori sur tout ce qui sort de ce collectif français après les sorties de Pleymo et Enhancer ? Bon, parlons de ce disque comme d’un autre et essayons de mettre de côté toutes nos idées préconçues. Aqme continue dans son créneau pop rock à grosse guitare, on change pas une recette qui porte ses fruits. Première chose marquante : la production très crade, voir même franchement dégueulasse. Le son de gratte est très lourd mais en même temps pas puissant pour un sous, la basse est inexistante, la voix est largement mise en avant, à vrai dire le seul instrument qui bénéficie d’un son soigné c’est la batterie. Drôle de choix que cette production, peut-être que le groupe ne veut pas sonner comme leurs compères de Pleymo, et c’est tout à leur honneur, mais quand on sait que des groupes galèrent pour avoir un son propre on peut se poser quelques questions. Bref, outre cette production que nous qualifierons de "moisie", on remarque que musicalement c’est le vide absolu : riffs ultra simplistes (genre cinq accords sur tout l’album), compositions très basiques, batteur qui se contente de tapper sur sa caisse claire et chant pas du tout, mais alors pas du tout, maîtrisé, surtout dans les quelques passages criés (le titre La Réponse est tout simplement hilarant). Et pourtant ce pauvre Koma (le prénom du chanteur), a beaucoup de résponsabilités puisque c’est lui et lui seul qui est chargé d’insufler des mélodies à ces onze titres, c’est dire à quel point les riffs sont simplistes et les structures peu évoluées. On passe sur les paroles, vraiment pas inspirées mais qui ont le mérite d’être en français, et sur la bassiste qui fait de la figuration, pas la peine d’en rajouter une couche. Quelques très rares bons points, comme La Théorie Du Poisson Rouge qui est plutôt bien fichue mais à part ça… rien !

C’est définitif, le but de la Team Nowhere est de ridiculiser le rock. Aqme ne vaut guère mieux que Pleymo et Enhancer, l’emballage est différent mais le contenu est rigoureusement pareil : le vide absolu, un rock pauvre et asceptisé pour collégiens en quête de musique mélodique. Si votre petite sœur vous demande ce disque pour son anniversaire, offrez lui plutôt un bon vieux Sonic Youth, au moins elle pourra frimer plus tard en disant qu’elle a découvert le rock à 14 ans.

note : 1

par johan, chronique publiée le 30-04-2004

A voir également :

http://www.aqme.com/

.:.L'avis des autres rédacteurs.:.

Fabien : avis du rédacteur

?>