.:.Chronique.:.

Pochette

Lopez, Francisco

Untitled #150

[Antifrost / Metamkine::2004]

En commençant à écouter ce disque j’ai cru qu’il s’agissait d’une plaisanterie ou d’une erreur de pressage. En fait j’ai vite compris qu’il fallait écouter cet album avec un fort volume. J’aurai du me méfier aussi puisque Francisco Lopez est tout de même assez coutumier de ce genre d’exercice où la musique électronique planante côtoie les strates du silence. Inutile de dire que F.Lopez s’illustre dans un monde où la notion minimale de la musique prend tout son sens. Notre ami opère sur de longue séquence qui se modulent légèrement au fil du déroulement de l’unique morceau qui compose cet énième album de F.Lopez.

Vous pourrez qualifier cela comme vous voulez : ambiant, électronique abstraite, électronique acoustique ou planante. Peu importe, il demeure que F.Lopez n’est pas l’inventeur du genre et qu’il ne brille pas forcément par son originalité. Si vous aimez les musiques claustrophobes comme celle-ci il va de soit que vous trouverez votre compte mais on ne s’empêchera pas de penser que l’on peut trouver largement mieux ailleurs. On peut prendre Lull (Mick Harris) par exemple. Ce « Untitled #150 » qui se prend comme un souffle glacial n’arrive finalement qu’à provoquer notre ennui le plus total. Même si on peut comprendre la démarche de Lopez on peut facilement estimer que ce disque reste malgré tout assez terne et sans trop de saveur. Trop froid sans doute. A la limite on lui préfèrera un bon disque de Klaus Schulze des débuts comme « Irrlicht » qui avait un peu plus de reliefs. Dire que ce disque a tout de même plus de trente ans, Francisco Lopez en pourrait en prendre un peu de la graine. « Untitled #150 » ne sort donc pas de ce côté trop monolithique qui l’empêche de s’imposer. On sait Lopez capable de bien meilleures choses que cela.

note : 4

par Fabien, chronique publiée le 25-04-2004

A voir également :

http://www.antifrost.gr

?>