.:.Chronique.:.

Pochette

Gauge Means Nothing

The absent trail of an echo and my future plagued by surrender

[Endress/Nameless Records::2003]

|01 Pilgrims|02 My glasses reflect untrue view on my eyes|03 Boku wa binaiin (I'm idealize commissioner)|04 (Surely) Dyes back|

Gauge Means Nothing c’est cinq Japonais et une Japonaise qui jouent une sorte de mixture difficilement qualifiable. Ils vont toujours plus loin dans l’expérimentation, mélangeant allégrement pop, emo, metal et electro. leur dernier EP en date ne fait que confirmer que ces six Japonais sont complètement malades !

Quatre titres, 25 minutes, les six Nippons sont pressés et donc ils essayent tout et n’importe quoi. N’espérez pas trouver un quelconque fil conducteur dans cet EP, ces quatre titres sont la quintessence même du n’importe quoi musical à la sauce japonaise. On peut passer d’une intro sonnant comme une boîte à musique pour petite fille à un gros riff metal soutenu par un chanteur sur-vitaminé qui se déchire les cordes vocales, le premier titre en est la parfaite illustration. C’est parfois très rapide, très hardcore, mais heureusement le rythme se ralentit souvent pour laisser entendre des guitares plus mélodieuses, mais même dans ces passages là le groupe continue ses expérimentations avec, par exemple, des sons d’orgue électrique pour enfant. Il y a aussi cette voix féminine, très typée petite fille japonaise, plutôt sympathique quand elle chante mais dès qu’elle se met à hurler on a mal pour elle (et pour nos oreilles). Quelques passages hillarants également, comme cette outro qui peut faire penser au générique du Juste Prix sur le titre Boku Wa Bikaiin mais aussi des instants de pleine intensité qui peuvent rappeler Envy. Dans l’ensemble c’est un disque complètement déjanté, les transitions entre passages mélodiques et passages symphoniques sont quasi-inexistantes. Pérturbant à la première écoute, on a vraiment envie d’en savoir plus, de comprendre cet EP par la suite.

Vraiment dépaysant et original cet EP ! La scène hardcore/emo japonaise est définitivement à part. On nage constamment en plein n’importe quoi mais une fois dompté, ce disque est plutôt plaisant. A écouter si vous voulez tester les limites de vos oreilles.

note : 6.5

par johan, chronique publiée le 20-04-2004

p.s. : Le disque est distribué en France par les labels Salvation/Waiting for an angel, en version CD uniquement.

A voir également :

http://www5d.biglobe.ne.jp/~gauge/

?>