.:.Chronique.:.

Pochette

Blonde Redhead

Misery is a Butterfly

[4AD::2004]

|01 Elephant Woman|02 Messenger|03 Melody|04 Doll is Mine|05 Misery Is a Butterfly|06 Falling Man|07 Anticipation|08 Maddening Cloud|09 Magic Mountain|10 Pink Love|11 Eqvvs|

Sixième album pour ce trio new yorkais pluriethnique (Deux Italiens et une Japonaise) qui a pris son temps pour sortir ce Misery is a Butterfly, quatre ans. Autant le dire tout de suite, l’attente des fans a été largement récompensée, on a en effet affaire ici à un album tout simplement magnifique. Un disque qui sort chez 4AD, véritable gage de qualité puisque c’est sur ce label que se sont fait connaître des noms tels que Pixies, Cocteau Twins ou Dead Can Dance.

Comment commencer cette chronique pleine d’éloges ? Peut-être en définissant la musique de Blonde Redhead… Une pop minimaliste, mélancolique, douce, avec deux voix mixtes. Du moins sur cet album, car les autres étaient plus rock, plus sonic-youthesques. Ce Misery is a Butterfly est donc une petite (r)évolution dans le monde de Blonde Redhead, plus "luxueux" que ses prédécesseurs, plus propre avec ce son impeccable qui met en valeur la moindre sonorité. Les New Yorkais ont de l’experience mais savent rester simples. Onze titres, tous assez courts mais profonds (le plus long fait 6 minutes) oscillants entre pop et post rock avec une palette de sons variée, on va du piano aux cordes frottées en passant par des instruments difficilement identifiables, peut-être des xylophones, des cuivres ou des bidouillages electros ; peu importe en fait, puisque le tout sonne très chaleureusement, on est à des années lumières de la pop electro trop souvent froide et sobre. Quelques titres dynamiques viennent nous agiter doucement et nous rappellent que Blonde Redhead est bien un groupe de rock, malgré ce chant féminin chuchotté, un peu bjorkien, rattrapé quelques fois par cette voix masculine mais efféminée, on nage constamment en pleine douceur mais ce disque est loin d'avoir un effet soporifique. Des mélodies simples mais belles, on se demande pourquoi aucun autre groupe n’y a pensé auparavant, même pas les Beatles ! Ecoutez le titre Maddening Cloud, vous comprendrez.

Un titre, un tube. Disque incroyable, touchant par sa simplicité et sa sincérité. Rien n’est exagéré, la mélancolie ne se transforme jamais en déprime, la douceur n’est jamais acidulée, les sonorités, bien que variées, sont toujours savamment dosées. Bref, le parfait équilibre pour ce Misery is a Butterfly, très certainement le meilleur album de Blonde Redhead. Un groupe a inscrire désormais dans la courte liste des grands noms du rock.

note : 9

par johan, chronique publiée le 19-04-2004

A voir également :

http://www.blonde-redhead.com/

.:.L'avis des autres rédacteurs.:.

popop : avis du rédacteur
melis : avis du rédacteur
Splinter : avis du rédacteur
Noémie : avis du rédacteur
dorian : avis du rédacteur
rentboy : avis du rédacteur
Fabien : avis du rédacteur
jean marc : avis du rédacteur
Jeff : avis du rédacteur
Yann : avis du rédacteur
Emilie : avis du rédacteur
Jack : avis du rédacteur
coralie : avis du rédacteur

?>