.:.Chronique.:.

Pochette

Raposo, Paul & Behrens, Marc

Further Consequences Of Reinterpretation

[Cronica::2004]

Curieux projet que ce disque. A la base nous avons un disque de Nosei Sakata (*0), « CD 0.000 », qui a la particularité de ne contenir que des sons imperceptibles à l’oreille humaine. Déjà on ne voit pas trop l’intérêt de la chose, mais bon. N.Sakata demande à différents artistes de re-mixer ou de réinterpréter le contenu de ce disque. L’idée étant de créer quelque chose à partir de rien. Une création ex-nihilo en somme. Cela a donné le double album « *0-0.000 remix - Inflation ». Marc Behrens, allemand de son état et spécialisé dans l’électronique minimale, ça tombe bien, fut l’un des artistes contacté mais il décide d’aller un peu plus loin en donnant une nouvelle forme aux versions de Taylor Deupree, Hsi-Chuang Cheng, Aube, Richard Chartier, Akira Rabelais, John Hudak, Bernhard Günter et Steve Roden. M.Behrens s’associe alors au portugais Paulo Raposo pour finaliser le projet qui sera monté initialement pour la scène de l’auditorium du Goethe Institut Inter Nationes de Lisbonne. Cela a l’air un peu compliqué et confus, l’idée complètement farfelue mais elle a le mérite d’attirer l’attention.

Au premier abord on a l’impression d’avoir en écoute un long bidouillage électronique ponctué de drones empruntés et lunaires. En fait il faut bien avoir à l’esprit le concept de l’élaboration de ce disque. Une démarche qui se rapproche plus des concepts de l’art ou de la musique contemporaine. Un musique concrète qui fait fi des conventions habituelles et qui arrive, malgré son minimalisme abusif, à créer un univers sonore structuré qui n’est pas sans rappeler les disques de Ryoji Ikeda. Un disque, qui bien qu’il ne soit pas si évident que cela, apporte une forme d’approche différente de la musique. Le duo n’est certes pas le premier à s’aventurer dans ce genre d’expérimentation casse gueule mais il arrive à maîtriser son sujet sans avoir à dégoûter définitivement tout prétendant à ce type de musique complexe et cérébrale.

« Further… » n’est certes pas un album auquel on adhère facilement et il est certain qu’il s’adresse déjà à des gens qui ont une certaine expérience dans ce genre d’effort mais il laisse quelques ouvertures qui permettent de le trouver un peu plus accessible qu’il n’y paraît. On peut toujours prendre le risque.

note : 6.5

par Fabien, chronique publiée le 16-04-2004

A voir également :

http://www.cronicaelectronica.org

?>