.:.Chronique.:.

Pochette

Switchblade

Switchblade

[Trust no one & Icarus/Deathwish::2003]

Vous vous êtes déjà demandé à quoi ressemblerait un mélange de hardcore lourd à la Isis et de post rock à la Mogwai ? On a peut-être un début de réponse avec Switchblade, trio originaire du grand froid scandinave. Ceux qui connaissent ce groupe ne seront pas étonnés par le fait que cet album ne porte pas de nom, même chose pour les six titres d’ailleurs. Depuis leurs débuts en 1998, les gars de Switchblade n’ont jamais pris la peine de nommer leurs compositions. Trois albums, un 10" et un 7" ainsi que quelques splits (dont un avec Cult of Luna), tous éponymes, autant dire qu’on a du mal à s’y retrouver !

Six titres donc qui vont de cinq à douze minutes, évoluant dans les sphères du hardcore lourd et cérébral, six titres presque exclusivement instrumentaux (on entend une voix écorchée sur trois titres mais elle est très effacée) avec une très forte influence post rock, notamment les disques les plus sombres de Mogwai, on peut reconnaître également Mono par moments. Une musique lourde et (trop ?) répétitive faite uniquement avec une basse, une guitare et une batterie, pas d’experimentation, on préfère jouer son chaos sonore dès la première note. Efficace mais loin d’être violente, la musique du trio dégage pourtant une atmosphère haineuse et sombre, sans doute dûe aux racines hardcore de nos Scandinaves. Imaginez que les groupes du label Constellation soient embauchés pour jouer la bande originale de l’apocalypse, vous aurez une idée de ce à quoi peut ressembler Switchblade !

Un univers particulier, sombre et chaotique. Switchblade balade le post rock dans des terrains qui lui étaient jusque là inconnus et le résultat est plus que convaincant, il est évident qu’en plus d’avoir une personnalité unique, ce groupe a beaucoup d’experience. Dommage cependant que certains passages soient si lourds, peut-être que des structures plus évoluées auraient empêchées cela. Malgré tout les Scandinaves maîtrisent leur affaire et on s’ennuit rarement à l’écoute de ces six titres, à condition d’être dans l’état d’ésprit près-requis.

note : 7.5

par johan, chronique publiée le 14-04-2004

A voir également :

http://www.trustnoonerecordings.com/switchblade/

?>