.:.Chronique.:.

Pochette

BSC, The

Good

[Grob / Metamkine::2004]

Un seul et unique morceau de 37 minutes pour cet album de The BSC. Le groupe de Boston, dirigé par Bhob Rainey, a réalisé ce morceau en parfaite improvisation et en live. Le jazz expérimental ou improvisé, qui a sans doute atteint son summum avec des gens comme Anthony Braxton, n’est pas un genre qui s’aborde de la plus facile des manières. Cela peut même se révéler être un réel supplice. Des disques comme celui-ci nécessitent une totale immersion si l’on en veut pas finir complètement neurasthénique. « Good » reste néanmoins un album inquiétant, sombre et riche en sonorité, la formation comprenant pas moins de dix musiciens, qui reste bien dans la ligné de l’improvisation jazz entendu ces dernières années.

Il est cependant heureux que l’album soit relativement cours car malgré quelques qualités « Good » arrive à être passablement ennuyeux. On à l’impression d’un album qui se cherche un peu, qui n’arrive pas à se défaire de certains clichés et de figures imposées. Les fans d’expérimentations en tout genre et des sonorités abstraites auront largement de quoi se triturer les méninges. Bref, dire que cet album de The BSC n’est pas vraiment surprenant est un doux euphémisme. « Good » brille par son classicisme, si l’on peut dire, et n’accorde que peu de place à l’originalité. Dommage.

note : 5

par Fabien, chronique publiée le 05-04-2004

A voir également :

http://www.churchofgrob.com

?>