.:.Chronique.:.

Pochette

Kaolin

De retour dans nos criques

[Barclay::2004]

|01 Loin de l'île|02 Plages et gazole|03 Cette roche|04 C'est la vie|05 Shalem|06 Dérangé|07 De retour dans nos criques|08 Vide et silence|09 Jusqu'à la peau|10 Ne dis rien|11 Caraïbes|

Kaolin existe depuis la fin des années 90. Dans la mouvance post-rock de la scène française, leur musique est à la fois romantique et électrique. Ils sortent un EP auto-produit en 1998 (« Purs Moments »), suivi en 2000 d’au maxi, également autoproduit (« Bienvenue dans les Criques »). Il se font alors connaître par la scène et sortent en 2002 leur premier « vrai » album, « Allez ». Le nouvel opus, « de retour dans nos criques » semble alors se présenter comme l’album de la confirmation, certes, mais aussi comme celui du retour aux origines.

La sensation générale qui se dégage à l’écoute de cet album est celle d’un rock au son rond et puissant à la fois, servi merveilleusement par un chant en français (comme quoi, les deux ne sont pas incompatibles). L’album s’ouvre avec « loin de l’île », chanson rock toute en puissance. « Plages et gazole » se présente également sous un aspect plutôt dynamique, avec par moment des textes parlés, à la Diabologum. Quant à « cette roche », c’est une chanson douce et forte, qui se pose sur un tic-tac entêtant et inquiétant ; on en est soulagé quand les guitares montent en puissance pour recouvrir ce bruit lancinant. L’album est ainsi une alternance de morceaux énergiques et de morceaux plus lents. Parmi les petites douceurs que nous offrent le groupe, on pourra citer la chanson qui a donné son titre à l’album, une des seules dont le texte (co-écrit par Sylvain Vanot) tient une place plus importante que la musique, ou encore « shalem » et surtout « caraïbes » dont la ligne musicale est là prépondérante et devient même hypnotique tant elle est belle. La rondeur et la richesse du son de cet album peuvent sans doute s’expliquer par le fait que, quand il s’est agit de mixer, le groupe a traversé l’Atlantique pour travailler avec Dave Fridmann, également producteur pour Mercury Rev, Sparklehorse et les Flamming Lips.

Je m’en voudrais de terminer cette chronique sans parler du livret qui nous présente non pas les textes des chansons (ceux-ci pouvant être trouvés sur le site de Kaolin), mais de magnifiques photos, maritimes pour la plupart, à l’instar de l’hippocampe de la pochette.

Pour revenir à la musique et pour conclure, tous les titres de cet album ne sont pas du même niveau ; mais quand le lecteur s’arrête à la fin du disque, un grand vide se fait ressentir dans les oreilles, et on ne demande qu’à en réécouter des titres.

note : 7.5

par Claire, chronique publiée le 24-03-2004

A voir également :

http://www.kaolin-lesite.com

http://www.dieseabis.org

.:.L'avis des autres rédacteurs.:.

dorian : avis du rédacteur
jean marc : avis du rédacteur
Emilie : avis du rédacteur

?>