.:.Chronique.:.

Pochette

Libertines, The

Up the bracket

[Rough Trade::2002]

|01 Vertigo|02 Death on the Stairs|03 Horror Show|04 Time for Heroes|05 Boys in the band|06 Radio America|07 Up the Bracket|08 Tell the King|09 The Boy Looked at Johnny|10 Begging|11 The Good Old days|12 I get along|13 What a Waster|14 Mayday|

A l’occasion de la sortie imminente du nouvel album des « libertins » d’Outre-Manche, il paraît essentiel de revenir sur l’une des pierres angulaires de ces dernières années qualifiées de « revival rock ».L’essai sera aussi court que possible en gage d’appât…pour que le plus grand nombre sache. Car tout aficionados du rock’n’roll ne peut décemment passer à côté de ces Rimbaud et Verlaine contemporains. Parce que les Libertines (quel nom !rarement un groupe l’a aussi bien porté) sont bien plus qu’une simple hype. C’est avant tout Pete Doherty et Carl Bârat, deux âmes sœurs, deux êtres aussi ambigus que fascinants...passionnants comme eux sont passionnés. Perdus sûrement aussi ; si le monde auquel ils ont goûté récemment les dépasse, c’est dans l’excès, l’insouciance juvénile et un hédonisme souvent mal maîtrisé que les deux charismatiques leaders trouvent leur Salut. Pete joue sur les mots en poète désinvolte et observateur d’une Albion chérie ; Carl est le sex-appeal, sensuel et dépravé, génie de la gratte. Epicuriens, « enfants terribles » comme ils se qualifient.

Oubliez tout ce que vous pouvez avoir comme préjugés sur cette nouvelle scène. Ici c’est un autre visage de la jeunesse « punk » : pas de surproduction, de « pause » étudiée, les Libertines sont libres, à l’état brut comme leur premier et plus que concluant album.

« L’essai sera aussi court que possible »…hum…entre classiques (« Death on the Stairs », « Horror Show », « Time for Heroes ») et coups de génie (« Up the Bracket », « Tell the King », « The Good old Days »entre autres) pas besoin d’entrer davantage dans les détails : c’est intranscriptible. Si vous voulez de l’authentique, du romantisme, de la sueur et du nihilisme, mettez ce son dans vos oreilles…vous êtes dépendant…vous aurez été prévenus.

« Up the bracket », l’album qui donne un sens à la survivance rock.

note : 10

par Emilie, chronique publiée le 02-03-2004

p.s. : "If you lose your faith in Love & Music, the end won't be long..." -The Good Old Days-

A voir également :

www.thelibertines.de

www.babyshambles.com

.:.L'avis des autres rédacteurs.:.

Yann : avis du rédacteur
Fabien : avis du rédacteur
dorian : avis du rédacteur
popop : avis du rédacteur
jean marc : avis du rédacteur

?>