.:.Chronique.:.

Pochette

Zeebee

Chemistry

[Angelika Köhlermann / Chronowax::2004]

|01 Chemistry|02 My Thing To Do|03 Truth|04 Tender|05 Visit You|06 Lost & Found|07 Open Your Eyes|08 Race|09 Soul Collateral|10 Pain & Pleasure|

Que faire de 187 morceaux écrits en moins de trios ans? C’est sans doute la difficile question qu’a du se poser Zeebee au début de l’année 2003. On peut bien se dire qu’avec tout ça on peut bien sortir un album. Ce serait la moindre des choses. En fait la demoiselle a déjà un lourd passé musical qui remonte à sa plus tendre enfance. Zeebee enregistrait déjà sa petite voix à l’âge de cinq ans. On l’a retrouvé dans l’entourage du groupe Birmingham’s Pigpag puis avec son groupe, D-Sire, avec lequel elle a sorti un disque à la fin des années 80. Depuis on l’avait peu vu se faisant des plus discrètes mais ne restait pas inactive pour autant. En 99 internet devient un outil de travail indispensable pour l’autrichienne qui entame de multiples collaborations avec des songs-writers. 187 titres et trois ans plus tard donc Zeebee prend contact avec Gerhard Potuznik pour ce qui va devenir « Chemistry ».

Le choix a du être particulièrement compliqué car au vu de ces dix morceaux on imagine le vivier que doit constituer les trois ans de travail de Zeebee. Dès le premier titre on se met à penser à Nicolette tant l’approche musicale et vocale sont proches. Zeebee possède ce chant mutin, jamais très loin de l’insolence mais qui séduit dès qu’on l’entend. L’autrichienne s’essaye, sur fonds de musique électronique, à plusieurs styles. Tantôt pop, tantôt trip-hop elle peut très bien avoir des côtés un peu folk ou jazzy. En tout cas cet album est un concentré de bonheur. « Chemistry » possède cette maîtrise mélodique qui vous fait fondre indéfectiblement. Belle réussite donc que cet album qui se consomme sans modérations. Ce genre de disques font largement plaisir car il démontre que la crise de création artistique dénoncé par certains n’existe finalement pas. La création existe suffit de la dénicher. On peut la trouver chez nombres d’artistes et de groupes mais ce ne sont pas forcément qu’on décide de mettre sur le devant de la scène. C’est donc bien la frilosité des décideurs qu’il faut dénoncer. Quoiqu’il en soit Zeebee frappe fort d’entrée et au vu du stock de morceaux qu’elle a en réserve il y a fort à parier qu’on entendra parler d’elle d’ici peu.

note : 9

par Fabien, chronique publiée le 22-02-2004

A voir également :

http://www.angelika.koehlermann.at

?>