.:.Chronique.:.

Pochette

Distillers

The

[Sire Records::2003]

Alors tout d'abord mettons les choses à plat, Brody Dalle (et non plus Armstrong) est une femme magnifique. Evidemment ses modèles sont Courtney Love, Béatrice, probablement une armée de punkoïdes junkies déjantés, et ça la rend sacrément sex. Bref, accompagnée de quelques musiciens, certains d'origine, d'autres pas, la désormais demoiselle va tenter de gagner en crédibilité en faisant mieux qu'un étalage de 15 clones de "The City of Angel", leur premier Hit MTV.

Soyons francs, c'est une lourde tâche à laquelle les Distillers s'adonnent: tenter de faire mieux que la dernière fois alors que l'on semblait déjà être au delà de nos possibilités. Mais visiblement à défaut de talent (un peu de franchise que diable!), ça a de la ressource. Et étonnement on décèle une certaine maturité dans cet album. On ne peut pas non plus dire que ce soit non plus posé (quoique "The Hunger"...), mais ici on ne cherches pas a pondre la compo la plus speedée qu'il soit, et il y a un minimum de recherche musicale ("Death sex"). Aussi n'allez pas croire que c’est est un compromis de la part des Distillers. Brody n'hésites pas a s'érailler comme il se doit du début a la fin, c'est bel et bien du punk. Concédons aussi à ce disque que les titres sont plutôt bons et la production aussi, bien que cela eusse pu être quelque peu surprenant de la part d'un tel groupe. Mais sachant qu'ils viennent de lâcher leur label indépendant (Hellcat) pour une major, il n'est pas non plus étonnant de voir que leur son devient plus abordable pour nos chères oreilles formatées.

Donc moi je l'ai bien aimé cet album, il a pas duré un mois sur ma platine et n'y retournera pas de sitôt a mon avis, mais bon, c'étais bien quand même. C'est du punk-rock... Oui, du punk-rock monsieur. Et quoi qu'en pensent les gens, le passage des Distillers vers un son un moins underground ne gâche en rien la qualité de leur musique. Vous aimez Hole ?

note : 7

par rentboy, chronique publiée le 20-02-2004

A voir également :

http://www.thedistillers.com

.:.Un autre regard.:.

Qu'est ce qui nous vaut cet engouement pour les Distillers? Qui, à part les nostalgiques de Hole peut trouver un quelconque intérêt à ce groupe? Car oui, disons le, le punk rock joué ainsi est la musique la plus ennuyeuse qui soit!



Durant l'écoute des onze titres de cet album, on attend une lueur, un coup de folie, quelquechose, mais ca n'arrivera jamais : refrains insipides, lourdingues, à aucun moment ca ne décolle, les Distillers jouent vite mais trop carré et se prennent au sérieux. Il y a peut être un titre à sauver, " Coral Fang ", peut être aussi parce qu'il ne dure que deux minutes! Beaucoup des groupes actuels n'inventent rien mais ont au moins le bon goût de pomper sur ce qui s'est fait de mieux dans le rock. Et puis, ils ont toujours un single cool à fredonner, des tronches sympathiques, au pire ils savent au moins s'habiller! Les Distillers n'ont même pas ca. Brody Dalle, la chanteuse serait parait-il incroyable. C'est vrai, quand la jeune femme braille, ca surprend, mais trente secondes seulement. Pour le reste, elle est sex mais pas sexy, bref vulgaire.



Ce disque sera surement apprécié des amateurs de punk rock et de Courtney Love, quant à ceux qui aiment les musiques (et les filles) plus classes, ils passeront leur chemin.

note : 2

par Yann, chronique publiée le 20-02-2004

.:.L'avis des autres rédacteurs.:.

jean marc : avis du rédacteur

?>