.:.Chronique.:.

Pochette

BMB Con

CD 10

[BMB Con / Metamkine::2004]

|01 Climbing An Electric Fence|02 Der Leierman Leads The Way|03 Fabricated Evidence|04 Measuring 5'09'' Underwater|05 Bong : Spring Cleaning ! |06 Pets Munching Leaf Mould|07 Stalen Platen, Zand Erover|08 Wire Brushes, Grilled|

Comme le laisse supposer la pochette du disque BMB Con est un trio composé de Justin Bennett, Wikke t’Hooft et Roelf Toxopeus. La formation aime les expérimentations musicales surtout quand elles sont faites avec des instruments non conventionnels. On a pu ainsi les voir utiliser des miroirs, des micros, des arbres ( !), le feu ou de la glace pour générer leur univers sonore. Le lieu d’exécution semble avoir également son importance. Sans doute que l’acoustique de certains endroits se prêtent mieux à leurs performances. BMB Con a donc joué dans des lieux aussi insolites que des musées, des bateaux, des forêts, des conteneur d’eau ( !!), des rivières, la rue. Il leur est aussi arrivé de faire comme tout le monde et de jouer dans des salles de concert mais tout en gardant leur conception de l’expérimentation sonore. Bien sur pour que tout cela prenne forme le trio utilise les techniques digitales.

Paradoxalement BMB Con qui existe depuis 1989 ne sort ici que son premier album studio. Le groupe était surtout connu pour ses performances scéniques et semblait bien s’en contenter. Bien entendu BMB Con fait dans le minimalisme électronique s’approchant parfois du bruitisme. Cela apparaît comme une évidence mais force est de constater que l’expérimentation des musiques électroniques s’orientent de plus en plus vers une sobriété de sons et de textures. BMB Con s’inscrit donc dans cette veine. Reste l’approche musicale du groupe qui garde malgré tout de l’intérêt. « CD 10 » est un album où les morceaux sont résolument conflictuels et ne répondent quasiment jamais à une organisation classique. BMB Con est donc plus proche des musiques contemporaines et concrètes. Mais comme dans bien des cas c’est souvent intéressant mais pas toujours transcendant.

note : 6

par Fabien, chronique publiée le 11-02-2004

A voir également :

http://this.is/bmbcon

?>