.:.Chronique.:.

Pochette

Various Artists

Aux suivants

[Universal::2003]

|01 Alain Bashung - Le tango funèbre|02 Arno - La... la... la...|03 Dick Annegarn - Jef|04 Faudel - Ne me quitte pas|05 Kent - Fils de...|06 Noir Désir - Ces gens là|07 Arthur H - Sur la place|08 Zebda - Jaurès|09 M - Au suivant|10 Têtes raides - Les vieux|11 Polo -La fanette|12 Stephan Eicher - Voir un ami pleurer|13 Bénabar - La chanson de Jacky|14 Eiffel - Le plat pays|

Il semble que la mode soit à la reprise des monuments de la chanson française. Quelques mois après la sortie de la compilation « Avec Léo » dédiée à Léo Ferret et déjà chroniquée dans ces pages, voici « Aux suivants » où des chanteurs francophones actuels rendent un bel hommage à Jacques Brel. Je devrais plutôt parler de réédition dans ce cas-ci, puisqu’une précédente version de cette compilation était parue en 1998, sous le titre « Aux suivant(s) », avec deux titres de moins.

Comme cela est prévisible dans ce genre d’exercice, le résultat final est assez inégal. Certaines reprises manquent vraiment de relief, comme le « la… la… la… » sur lequel Arno fait son Arno, ou la participation de Stephan Eicher qui bêle sur « voir un ami pleurer ». Mais on trouvera également d’agréables surprises sur cette compilation. Certains des titres collent tellement à leurs interprètes qu’on les croirait faits pour eux. C’est le cas du « tango funèbre » repris par Bashung, ou de la version de « ces gens là » interprétée par Noir Désir. Dans d’autres cas, les titres acquièrent une fraîcheur nouvelle, comme par exemple « les vieux » qui s’accommode très bien de l’accordéon des Têtes Raides, ou encore « la chanson de Jacky », sur laquelle Bénabar se révèle rayonnant d’allégresse. Enfin, une autre bonne surprise de cet album est la façon dont certains des chanteurs ont adapté à leur sauce des chansons pourtant classiques. Ainsi, Faudel a su transformer « ne me quitte pas » en jolie plainte méditerranéenne ; et « Jaures » devient sous l’impulsion de Zebda une magnifique chanson qui garde sa gravité, avec de sublimes arrangements de cordes, même si elle a une rythmique plus marquée que l’originale.

Il est fort probable que les adorateurs du grand Jacques ne s’y retrouvent pas à l’écoute de cet album. Mais l’ensemble est assez plaisant, et permet de redécouvrir des classiques de la chanson française qui n’arrivent parfois plus jusqu’à nos oreilles, ce qui est bien dommage.

note : 6.5

par Claire, chronique publiée le 22-01-2004

?>