.:.Chronique.:.

Pochette

Count Indigo

Homme Fatale

[Tricatel::2003]

Count Indigo est partagé, attiré par deux mondes. Celui de la soul, et celui des dancefloors. Ce qui donne un album de pop sophistiquée, aux accent soul et aux basses chaloupées. Premier album donc, pour le dandy qui a déjà joué dans plusieurs groupes, et aux cotés de Burgalat sur le live « Burgala meets As Dragon ».

« Trinity part II » ouvre l’album avec grâce. Single imparable au refrain entraînant et aux guitares funk, il donne envie de danser, de bouger dans tous les sens. Puis, sa musique prend plus des airs de Goldfrapp ou de Morcheeba…Tout est bien fait, bien amené, avec classe, mais rien ne donne envie de crier au génie. Car plus l’album s’étire et plus les titres passent sans accrocher les oreilles. Bien sur, il est indéniable que cet artiste dispose d’une fort belle voix, qui sait monter, descendre tout en nuance. Mais est ce suffisant, et tous ces essais sont ils assez consistants ? Question de point de vue. La critique a l’air de bien accueillir l’homme fatal(e). « Loving it back again » est l’une des rares chansons à nous faire apprécier ce disque, tout en nous laissant penser que cette texture de son est non loin de la variété. Count Indigo a donc bel et bien sorti un album qui a mis du temps pour arriver a terme, mais le résultat n’est pas si convaincant que ça…

note : 5.5

par dorian, chronique publiée le 14-01-2004

A voir également :

http://www.tricatel.com

.:.L'avis des autres rédacteurs.:.

noémie : avis du rédacteur

?>