.:.Chronique.:.

Pochette

Kraftwek

Tour De France

[EMI::2003]

|01 Prologue|02 Tour De France Etape 1|03 Tour De France Etape 2|04 Tour De France Etape 3|05 Chrono|06 Vitamin|07 Aéro Dynamik|08 Titanium|09 Elektro Kardiogramm|10 La Forme|11 Régéneration|12 Tour De France|

On y croyait presque plus à ce nouvel album de Kraftwerk. Ces pionniers de la musique électronique s’étaient fait très rare, repoussant aux calendes grecques la sortie d’un album attendu depuis longtemps par les fans du groupe. La sortie d’une poignée de maxi n’avait guère rassasié l’appétit des aficionados des allemands. Enfin, donc, un nouvel album. Le thème du Tour de France cycliste n’est pas un sujet nouveau chez Kraftwerk puisque le combo avait déjà sorti un 45 tours sur la grande boucle en 1983, vestige d’un album qui n’est jamais sorti et qui tournait autour du sport. 20 ans entre les deux. Cela valait-il le coup d’attendre ? Alors bien sur entre les deux il y a eu « Electric Café » en 86, un album de remix (« The Mix ») en 91 et deux albums solos de Karl Bartos (« Electric Music » en 99 et « Communication » cette année), cependant « Tour De France » répondait à une réelle attente du public.

La déception a du être grande pour certains car Kraftwerk ne donne pas vraiment l’impression de s’être renouvelé après toutes ces années. Kraftwerk a sorti un album de Kraftwerk tout ce qu’il y a de plus classique. Ne vous attendez donc pas à une surprise de la part de ce disque. A croire que les allemands ont juste voulu se faire plaisir en faisant ce disque ou bien achever ce qu’ils n’avaient pu finir il y a vingt ans histoire de remettre les pendules à l’heure ou de solder une vieille dette par rapport à son public. Kraftwerk n’a certes plus ce côté novateur qui a influencé un nombre incalculable d’artistes électro et semble vivre sur ses acquis mais on ne peut s’empêcher d’avoir un petit brin de nostalgie à l’écoute de ce disque. Malgré tout, même si ce disque est loin d’être un chef d’œuvre, il fait tout de même plaisir car il n’est jamais pénible et passe sans coup férir. Tout en douceur, sans tambours ni trompettes. La sobriété à l’allemande.

note : 6.5

par Fabien, chronique publiée le 05-01-2004

A voir également :

http://www.kraftwerk.com

.:.L'avis des autres rédacteurs.:.

noémie : avis du rédacteur
jean marc : avis du rédacteur

?>