.:.Chronique.:.

Pochette

Denali

The Instinct

[Vicious Circle::2003]

Denali : nom indien de la plus haute montagne des rocheuses aux Etats Unis. Un nom qui respire la confiance pour un groupe sur de son talent. La quatuor, emmené par sa chanteuse : Maura Davis livre pour ce début d’année 2004 un album inspiré et original.

Tout commence en 2000 quand Maura entraîne son petit frère pour l’accompagner à la guitare. Celui ci ramène un batteur. Les premières notes s’échangent avant que la 4ème pièce du puzzle arrive avec sa Fender. Après un premier album sorti dans l’anonymat total en 2001, « The Instinct » devra faire ses preuves en 2004. Le label Bordelais Vicious Circle a su repérer ce concentré d’énergie. Enregistré par Peter Katis (Get up kids, Interpol, Mercury Rev…), ce « The Instinct » est un recueil de chansons pures et passionnées. Les mélodies sont belles, mais ne tombent jamais dans le ridicule et conservent toujours cette grâce, portée par la chaude voix de Maura Davis. Une sorte de pop, toujours à fleur de peau, toujours dramatique, qui évoque parfois le trip hop de Portisead ou les guitares d’Interpol.

note : 6

par dorian, chronique publiée le 08-04-2004

A voir également :

http://www.viciouscircle.fr


En partenariat avec www.amazon.fr Acheter ce disque en ligne sur Amazon.fr

.:.Un autre regard.:.

Il est étonnant de voir à quel point les groupes dans lesquels les membres ont des liens de parentés peuvent être bons. C’est le cas de Denali, qui est né par hasard lorsque Maura Davis, ne sachant comment faire évoluer ses compositions, à demandé conseil à son frère Keeley (« Engine down ») un peu d’aide. Lui, super sympa, cordial, et tout et tout, demande de l’aide à son comparse Jonathan Fuller (« Engine down »), et à Cam Dinunzio (ex « Lazycain »).


Au début l’idée était seulement d’aider Maura, mais au fur et à mesure les quatre sont devenus un groupe à part entière. Mêlant l’utilisation de synthétiseurs, séquenceurs, sampleurs, pianos, guitares électrifiées, batteries lourdes, on arrive à un résultat on ne peut plus probant. La musique de Dénali est singulière, du rock indé emprunt de sonorités trip hop. Sur cet album, plus rock que le précèdent, la batterie se fait énergique et la guitare cinglante, la voix de Maura est légèrement jazzy, magnifique. On ne sait exactement où on évolue, le groupe joue entre deux styles, mais on est complètement charmé par cette voix.


Maura compose, les autres orchestrent. Le talent de la jeune femme est sublimé par l’expérience des trois autres, qui ne sont ni plus ni moins là que pour servir la voix et les compositions de celle-ci. Puissante et subtile à la fois, fine et retenue, Maura sait s’il faut s’envoler au plus haut ou si une voix douce et feutrée est de mise. Elle se maîtrise parfaitement, et n’a pas peur de se lancer dans des compositions osées ou seule la guitare de Cam Dinunzio la soutien (« Welcome »). Cet album est beau, planant, rock, maîtrisé et inspiré, que demander de plus de la part de Denali ?

note : 8

par rentboy, chronique publiée le 08-04-2004

?>