.:.Chronique.:.

Pochette

Speedranch & Jansky Noise

Migrate

[Planet Mu::2003]

|01 Bru Two Brandy A Few Cuthbert Dribble Pub|02 Stringfellow Hawke A56-7W (Classified)|03 Every Man Is At Least Somewhat More Complicated Than He Appears|04 09-19-0~12VA@:}{|05 I Was Made For Loving You|06 Bring Me The Ear Of Celine Dion|07 Herve Villechaize Had Metamorphosing Rhino Balls|08 Driving My Snake Across Civic Pass|09 Addicted To Violence Since Childhood|10 There Are Questions We Don't Even Know To Ask Of Yet|11 Chomping On Dog Slaughter|12 Chris Sievy Has A Big Plastic Or Cardboard Head|13 Love, Exciting And New Come Aboard...|14 Amen! A Neat, Joint, Anal Phase|15 The Truth About Human Potatoe Mashers|

Cet album est l’histoire d’une rencontre. Une rencontre entre deux hommes complètement atypiques. Paul Smith (Speedranch) et Andy McGregor (Jansky Noise) se sont donc associés sur cet album relativement court mais d’une intensité totale. Les deux hommes ont ceci de communs qu’ils apprécient les musiques extrêmes et les concept bruitistes. Ils étaient fait pour se rencontrer au bout du compte. « Migrate » est donc à prendre comme un disque de musique électronique expérimental qui ne fait guère appel à l’affect mais plutôt qui cherche à secouer son auditeur et certainement pas dans le bon sens du poil. Oublier tout vos sens mélodique ici. Ils ne vous serviront à rien. Un ami m’avait dit qu’aux Beaux Arts, en première année, on vous désapprenait à dessiner ou un truc dans le genre, pour avoir une nouvelle approche du dessin. C’est un peu le sentiment que l’on a ici avec ce disque. Une déstructuration, enfin c’est ce que l’on pourrait croire, qui met à mal toutes les notions basiques de la musique.

Le Chaos. Un même chaos qui pourrait faire rappeler certains disques de Throbbing Gristle. Ce qui fait que ce disque est un disque fort, très fort, trop fort peut-être. On se dit alors que les deux comparses ont bien fait de faire court car « Migrate » peut mettre les nerfs à rude épreuve. C’est bien le but recherché en même temps.

Vu les titres et vu la musique employée (musique électronique bruitiste mêlée à des collages sonores) on s’imagine fort bien que le duo ait voulu offrir une image salie du monde, cette société de consommation aliénatrice du libre arbitre, dans lequel nous vivons. Ce disque serait alors une sorte d’avertissement. Un appel à rester vigilant. En tout cas « Migrate » prend aux tripes et si vous êtes amateurs de sensations fortes vous serez servis.

note : 6.5

par Fabien, chronique publiée le 23-12-2003

A voir également :

http://www.planet-mu.com

?>