.:.Chronique.:.

Pochette

Ben's symphonic orchestra

Drifting

[Microbe::2003]

|01 If you want to be my lady (part 1)|02 IfSong from an unknown film|03 Miss you|04 From hull to Hawaï|05 Nowhere land|06 Folk is dead|07 Old lady|08 Drifting|09 One day after the other|10 God never watches you|11 Bring me back to my country|12 Rockets|13 If you want to be my lady (part 2)|

Le nouvel album de Ben's symphonic orchestra sort de l'ordinaire. On pourrait s'arrêter là. Pourtant, il y a bien des choses à en dire.

Alternant ballades folk (Bring me back to my country), et morceaux nettement plus électriques (God never watches you), Drifting surprend, séduit et transporte, par le mélange des genres et ses ambiances singulières. Pour peu qu'on se laisse imprégner de la magie de cet album, on pourrait se croire hors d'un temps et d'un espace définis, comme pris dans un tourbillon d'images et de sensations simplement portées par les compositions de Benoît Ruault. Chaque morceau apporte une touche supplémentaire d'étrange beauté à cet album, toujours différent du précédent et du suivant: avons nous affaire à un album de folk, de pop, d'électro? Ben's symphonic orchestra, c'est l'art de mélanger tout cela, pour en obtenir un résultat parfait, à la limite de chacun des genres. Toutes les popsongs de Drifting semblent finalement être élaborées autour d'un même axe directeur, qui reste flou, mais créant une atmosphère homogène. Drifting a cette profondeur et cette légèreté (Rockets) qui font de bons albums, cette dimension sonore élégante et mélodique, à la fois brute et magistrale. Dans des morceaux comme Song from an unknown film, le délicieux Miss you, ou God never watches you, emmenés par des lignes de basse parfaites, tout n'est que nuances, subtilités, et tournoiement sonore.

Claviers analogiques ou guitare sèche, voix tour à tour aigue, étrangement grave, ou parfois transformée, Benoît Rault sait user de toutes les ressources. En tant que multi-instrumentiste, il sait aussi bien s'entourer: Fabio Viscogliosi, Jean-Michel Pirès (The Married Monk), et surtout les frères Laureau à qui il a confié le mixage de son album.

note : 8.5

par noémie, chronique publiée le 09-12-2003

.:.L'avis des autres rédacteurs.:.

popop : avis du rédacteur

?>