.:.Chronique.:.

Pochette

Sigur Ros

ep

[fat Cat::2003]

Le premier disque contient un extrait de l'album ( ), ainsi que trois titres inédits, le deuxième disque étant en fait un DVD contenant trois clips vidéos, deux extraits de Agaetis Byrjun et l'un du dernier album.

Sous la magnifique pochette de ce disque, vous trouverez donc un appendice de ( ). Les trois morceaux proposés sont réellement dans la lignée de l'album, même s'il faut bien avouer que le dernier titre est loin d'être un bon morceau de Sigur Ros. Les deux autres inédits, eux, tirent nettement mieux leur épingle du jeux, notamment la plage n°3 qui, par le biais d'un effet sur la voix, évoquera (pour ceux qui ont vu le clip) les enfants de la dernière vidéo des Islandais.

Car plus encore que le "maxi", c'est le DVD qui devrait ravir tout le monde.

On a beaucoup écrit que leur musique était cinématographique, et ils ont d'ailleurs déjà collaboré avec le 7ème art, mais pouvait-on vraiment imaginé ce que représentait leur musique ?

Ici trois vidéos nous sont proposées, et elles semblent aussi cohérentes entre elles que l'est la discographie de Sigur Ros. Des éléments les lient les unes aux autres : le ralenti, le flou et le soin apporté à la lumière pour ce qui concerne la réalisation, l'enfance (et donc l'insouciance ), la différence et la mort pour la thématique. Il est de bon ton de les regarder d'un seul tenant afin de mieux encore saisir l'univers des quatre Islandais.

Bien sûr cette trilogie ne sera pas sans vous évoquer le cinéma scandinave (notamment "Chanson du deuxième étage"), alors qu'elle vous fera saisir combien ces jeunes gens sont éloignés de Bjork.

Si nombre de choses tendaient à rapprocher l'ancienne chanteuse des Sugarcubes, de la formation "rock" (comme le pays d'origine, la singularité de la démarche, et la recherche de l'épure dans la musique), la mise en image de la musique nous montre ici combien les garçons sont, certes torturés, mais simples et sincères, là où la pseudo-diva de la pop s'avère, certes torturée, mais d'une grande complexité et avide de reconnaissance.

Un maxi plutôt destiné aux fans donc, alors que tout le monde devrait avoir accès à ces vidéos.

note : 8

par Spada, chronique publiée le 16-09-2003

.:.L'avis des autres rédacteurs.:.

jean marc : avis du rédacteur

?>