.:.Chronique.:.

Pochette

Funeral for a friend

Casually dressed and deep in conversation

[Infectious records::2003]

On a pût avoir peur de cette nouvelle version de FFAF qui, après deux EPs bien accueillis, sort ici son premier album; toujours sur Infectious mais avec une large contribution de Warner. En effet, des rumeurs ont courus sur un allègement conséquent de la musique du groupe gallois. Pourtant déçu par cette nouvelle, je n'ai pas hésité à me procurer cet album, "pour voir s'il y avait encore quelquechose à sauver".

Alors certes, on note pour le titre "Juneau" la suppression presque totale des cris du batteur. Mais si le groupe a fait un choix de rentabilité, il lui faut bien un single. Certes, les accents trop teenage rock de "Storytelling" peuvent déplaire, mais à part ces deux exceptions, on constate avec bonheur que FFAF a conservé son intégrité.

La nouvelle version de "Red is the new black" est excellente et pour le coup plus violente que celle figurant sur leur EP. De très bons titres perpétuent le FFAF qu'on a aimé sur leurs précedents disques. Ainsi, "Moments forever faded", "Novella", ou encore "Bullet theory" sont dans la lignée, savoir-faire en plus, de "4 ways to scream your name" et "Between order and model". Quant à la ballade "Your revolution is a joke", exempte de cris et de batterie, sans dénaturer le groupe, elle apporte de la fraicheur à cet album qu'on peut en gros qualifier d'emocore.

Bref, pour ce qui connaissent les précédents exploits de FFAF, la déception ne devrait pas être de mise. Et pour ceux qui ne les ont jamais entendu, il peuvent sans hésiter se plonger dans la musique triste parfois et émotive toujours de FFAF; pour peu qu'ils aiment le genre bien sûr.

note : 8.5

par dropkick, chronique publiée le 05-12-2003

?>