.:.Chronique.:.

Pochette

Matthews, Kaffe

Cd Eb + Flo

[Kaffe Matthews::2003]

|01 (cd Eb) Long Line Starting|02 Clean Tone Falling|03 To A Landing|04 She Could|05 Get Out More|06 Hallo Vera|07 For Mama|08 7 Inches Of Glass|09 Some Potential|10 (cd Flo) Much Room|11 Corner|12 Mni|13 In The Dust|14 Chem Trails|15 Boy With Dog|16 Dashes Five|17 Drop Time|

La première fois que j’ai vu Kaffe Matthews en concert c’était au Lieu Unique à Nantes en 1999. Elle avait joué pendant deux soirs. Une fois seule et l’autre en compagnie de Peter Rehberg. Elle m’avait suffisamment ému pour que j’achète de suite son album « cd Béa » alors en vente. Elle avait dégagé ce soir là une sensibilité rare donnant quelques sueurs froides et frissons. Je n’avais alors jusqu’ici jamais entendu parlé d’elle. Pourtant cette anglaise, violoniste de formation, écumait le monde depuis déjà une bonne décennie, jouant dans des lieux aussi insolites que des salons de thé, des églises, des bateaux ou des galeries. Elle avait eu aussi le temps de collaborer avec des gens aussi reconnus que Christian Fennesz, Charles Hayward (Massacre, This Heat), Pan-Sonic, Neotropic ou Andy Moor (The Ex).

Donc, Kaffe Matthews ce n’est pas du n’importe quoi et on est pas là pour rigoler. Adepte d’une électro minimaliste, jouant sur l’abstraction sonore et les expérimentations en tout genres, l’univers de Kaffe Matthews est pour le moins assez fascinant. Pour son dernier album, « cd Eb + Flo », elle nous gratifie d’une double galette où sont regroupés des enregistrements live pris entre Perth, Vienne, Essex, Londres et Québec, le tout étant « reconstruit » dans sa propre demeure. Une fois encore K.Matthews sait user de toute sa subtilité pour développer une musique électronique presque timide, qui tutoie presque le chuchotement et qui tente parfois de se rebeller mais quasiment en vain. En vain puisque c’est un sentiment de sérénité et de calme absolu qui ce dégage de ce double album. Du moins ce disque donne une idée, à ceux qui ne l’ont pas vu en concert, des performances scéniques de la britannique. Une ambiance où l’auditoire ne peut que rester immobile et se laisser envoûter de la plus belle des manières.

note : 7

par Fabien, chronique publiée le 30-11-2003

A voir également :

http://www.annetteworks.com

?>