.:.Chronique.:.

Pochette

Mojave 3

Spoon And Rafter

[4AD::2003]

Les récentes photographies promotionnelles du nouvel album de Mojave 3 présentent le groupe assis paisiblement au milieu d'un champ. En arrière plan, quelques arbres, des maisons en pierre. On retrouve de nouveau ces éléments sur la pochette de ce Spoon And Rafter (image qui ne déparerait pas dans le salon de Wallace et Gromit). Mais il serait dommage de s'arrêter à ces éléments visuels qui laisserait présager d'un simple recueil de chanson évoquant un après midi bucolique en campagne anglaise. En premier lieu justement, les influences seraient plutôt à aller chercher du côté de l'Amérique et ses grands espaces, Neil Young en parfait guide. De ses promenades naissent des chansons aux ambiances chaleureuses, tout pédale steel et banjo à l'air, calme sans vents, à l'image de Writing to SA. Peter, ou avec une brise plus pop tel Tinkens Blues et Too Many Mariage.

. Puis on gratte un peu le verni, et l'on découvre des couleurs plus surprenantes. Starlite#1 s'appréhende en début de chemin comme une promenade bucolique, mais certaines fleurs des champs devaient avoir des senteurs bien particulières. En arrière plan se dessine des paysages plus flottant, la quiétude devenant torpeur subtilement opiacée. Mais ce n'est rien en comparaison des deux pièces maîtresses de l'album que sont Bluebird of Happiness et Battle of a brokenhearts. La première est la chanson idéale pour s'éveiller, entre les accords du piano, la voix et le silence, des rayons lumineux se glissent, éclairant délicieusement l'atmosphère, avant que quelques notes de guitares et une voix à la tonalité plus aérienne ne transporte le tout à une hauteur insoupçonnée, puis la douce redescente. La deuxième est aussi contrastée, mais non pas au niveau de l'intensité, mais plutôt en ce qui concerne les émotions évoquées et sensations provoquées, un titre lunatique alternant joie et désespoir, d'où on aperçoit un Brian Wilson (des Beach Boys) pré Smile. Que l'on reverra dès la plage suivante pour une ballade au piano crépusculaire. Quelques pérégrinations après, en forêt, dans les champs, sous le soleil, les 4 Anglais nous invitent à regarder la nuit venir, tranquillement, sur la terrasse en bois de leur ferme, dans un rocking chaire.

Après une telle journée, fatigué mais enchanté, passée en compagnie des excellents Grandhorse et des merveilleux Sparkledaddy, on ne pense plus qu'à une chose : recommencer depuis tôt le matin, et, pour reprendre les mots de monsieur A, jusque tard la nuit.

note : 9

par franck, chronique publiée le 22-11-2003

A voir également :

http://www.mojave3.co.uk/


En partenariat avec www.amazon.fr Acheter ce disque en ligne sur Amazon.fr

.:.L'avis des autres rédacteurs.:.

Thomas F. : avis du rédacteur
drezco : avis du rédacteur
dorian : avis du rédacteur
popop : avis du rédacteur
jean marc : avis du rédacteur
Yann : avis du rédacteur
Emilie : avis du rédacteur

?>