.:.Chronique.:.

Pochette

Various Artists

Worlds Of Possibility - Compilation Domino

[Domino::2003]

Domino fête ses 10 ans. Pour l'occasion, le fameux label anglais a décidé de convier tout le beau monde qu'il a un jour ou l'autre hébergé, depuis les premiers pas du rock lo-fi jusqu'à la vague revival rock actuelle. En effet, tout comme 4AD ou Factory, et plus près de nous Sub Pop et Thrill Jockey, Domino participa à l'émergence de nouveaux courants, et révéla au monde certains artistes "majeurs".

C'est ainsi qu'à cet anniversaire ont été invité en bonne et due place les vétérans. Lou Barlow fit 2 entrées, la première avec Sebadoh, rappelant aux retardataires les vertus de son rock faussement crade, tendu comme un vieille élastique, puis la seconde avec son Folk Implosion et sa nonchalance de parfait slacker, pogotant mollement sur un canapé. Pas très loin dans la liste d'invité, un autre groupe phare, Pavement: mais en petite forme ici, avec une chanson tristounette de son dernier Lp. Dans la foule on remarquera les chapeaux de cow-boy de Palace Music et Smog, 2 autres institutions des Etats Unis, et rappelant les premiers amours de la maison. L'Angleterre n'a pas été oubliée non plus: on discutera avec plaisir avec The Pastels et sa pop décontracté, on évoquera la scène de Bristol et la jonction noisy-pop post rock avec les plus bruyant Flying Sauce Attack, et une promenade nocturne dans le jardin avec les gens décalés de Pram offrira une bouffée d'air nouveau bienvenue. Dans le bureau, Papa M nous exposera lui sa musique savante mais charmante, tandis Jim O'Rourke, venu dans le plus simple appareil, interprétera en milieu de soirée une petite ballade bien agréable. Puis dans la cuisine, le regretté Elliott Smith se rappellera à notre bon souvenir via un Speed Trials déjà dans toutes les mémoires.

Cependant, Domino n'a pas voulu d'une simple soirée nostalgique, et a pensé à envoyer des cartons d'invitations à ses nouvelles connaissances, ainsi qu'à ses dernières sorties d'album marquants. Nous retrouverons alors au détour d'une salle un Bonnie Prince Billy magnifiquement serein, Stephen Malkmus à la porte en bas du trottoir (recherchant le génie de son ancien groupe), ou Movietone à l'occasion de la réédition de ses premiers albums. Au salon, les jeunes singent le rock des années avec plus ou moins de bonheur (The Blueskins, The Kills...), entament quelques timides pogots. On quittera vite la pièce, et au hasard d'un couloir, on tombera sur Hood que l'on félicitera pour sa merveille de dernier album (dont est issue la chanson ici présente). D'ailleurs, les découvertes majeures sont elles aussi anglaises : on regrette de ne pas s'être intéressé dès la sortie de leur album des contemplatifs Clearlake, mélodique et lyrique, et du folk plus que parfait de James Yorkston. On portera aussi une oreille attentive aux nouveaux d'UNPOC. Un petit salon est réservé à la musique sans guitare, via la musique urbaine de Max Tundra et l'électronique douce des Allemands de To Rococo Rot. En fin de soirée, Matt Elliott fera son apparition, apportant dans son linceul une chanson de son magnifique mais très sombre premier album en solitaire.

Résumé de la soirée : plutôt réussi, des invités intéressants. Peut être que certains auraient pu s'habiller différemment (Pavement, Smog), quelques un auraient dû rester chez eux, tandis que l'on aurait bien aimé en voir d'autres (Third Eye Foundation par exemple). Mais ne faisons pas non plus le gourmet, et saluons l'initiative de Domino d'imposer le prix d'entré à celui d'un simple maxi ep.

note : 8.5

par franck, chronique publiée le 19-11-2003

A voir également :

http://www.dominorecordco.com

.:.L'avis des autres rédacteurs.:.

Fabien : avis du rédacteur

?>