.:.Chronique.:.

Pochette

Julie Doiron / Okkervil River

Split album

[Acuarela::]

|01 The Sweetness Eyes (When You Laugh)|02 Snowfalls In November|03 The Songwriter|04 The Wrong Guy|05 Cancel The Party|06 He Passes Number Thirty-Three|07 Omie Wise|08 A Leaf|09 Blackest Coat|

Acuarela est, et on ne le dira jamais assez, l’un des plus beau label du moment. Et même de ces dernières années. L’Espagne ne nous avait guère habitué à pareil fête. Un pays qui avait plutôt l’habitude de nous offrir des groupes du style Heroes Del Silencio. Je n’ai rien contre ce groupe en particulier, mais quand même… Bref, Acuarela donc. En plus de signer des artistes espagnols de qualité, le label réussit à débaucher pour ce split album une Julie Doiron qui est en odeur de sainteté ces derniers temps et un Okkervil River moins connu mais qui mérite amplement que l’on se penche sur son cas.

Pour ceux pour qui Julie Doiron ne dit rien (honte sur eux) sachez tout de même qu’elle fut la bassiste de feu Eric’s Trip, groupe canadien de son état qui a disparu de la circulation dans l’indifférence générale en 1996. Depuis Julie Doiron a publié plusieurs albums en solo et notamment sur le label Jagjaguwar. Les cinq morceaux qu’elle présente ont été enregistré chez elle en décembre 2002. Seule avec sa guitare sèche J.Doiron délivre cinq petites perles complètement épurées et à la fragilité presque poignante. Un moment de bonheur simple qui prouve qu’il n’est pas forcément utile d’employer une production riche pour créer des morceaux réellement touchants. D’une simplicité éclatante J.Doiron imprime des ambiances hivernales à faire pâlir un Will Oldham. Ce dernier n’en est certainement pas à ça prêt et il doit à coup sur apprécier l’effort de la canadienne.

Okkervil River, le groupe qui fait ici écho à J.Doiron, est un peu plus électrique et nettement moins minimale que la belle. On notera que Okkervil River a sorti un album récemment, « Down The River Of Golden Dreams », publié par, comme J.Doiron, comme c’est heureux, Jagjaguwar. En tout cas les quatre titres proposés ici donne bien envie d’en écouter davantage. Distillant un folk-rock intelligent et mélodieux, Okkervil River laisse planer de bons espoirs pour le futur. Cela sent bon l’Amérique profonde dans tout ce qu’elle peut avoir d’honnêteté et d’héroïsme (« Omie Wise »). En tout cas Okkervil River vise juste et c’est plutôt de bonne augure pour ceux qui voudrait découvrir l’album « Down The River… »

Ce split s’achève par une reprise a cappella de « The Sweetness Eyes (When You Laugh) » où J.Doiron est accompagné par ses neveux, nièces, ses propres enfants, ses cousins éloignés, que sais-je ? Des marmots en tout cas. Etait-ce bien utile ? Pas forcément mais cela servira de conclusion à ce très bon split album.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 18-11-2003

A voir également :

http://www.acuareladiscos.com

http://www.jound.com/okkervil

?>