.:.Chronique.:.

Pochette

Spirit Fest

Spirit Fest

[Morr Music::2017]

|01 Déjà Vu|02 Rain Rain|03 Nambel|04 River River|05 Inklings|06 Hitori Matsuri|07 Shuti Man|08 To the Man|09 Take Me Home|10 Mikan|

Peut-on qualifier Spirit Fest de super groupe ? Quand un groupe est composé de mastodontes du rock, de la pop ou de ce que vous voulez, cela ne fait aucun doute. Pour Spirit Fest qui est formé autour du duo japonais Tenniscoats, de membres de The Notwist (Markus Acher et Cico Beck) et d’un membre de Jam Money (Matt Fowler), on pourrait avoir quelques doutes. Cependant, chacune des formations ici citées ne sont pas considérées comme du n’importe quoi dans le Landerneau de l’indie-pop ou de la pop tout court. Bien qu’ils ne soient pas des vendeurs industriels et qu’ils sont encore loin de remplir des stades (chose qui n’arrivera sans doute jamais), les membres de Spirit Fest sont reconnus par leur paire et leurs réputations n’est plus à faire. Qui pour en douter ? Leurs hauts faits d’arme discographique sont là pour en témoigner. Mais regrouper tout ce beau monde n’était pas chose facile et il a fallu d’une seule et unique occasion pour que Spirit Fest puisse se réaliser. Markus Acher avait eu l’idée de faire venir Tenniscoats au festival qu’il organisait (Alien Disko Festival à Munich) pour l’édition de 2016. Il proposa alors aux japonais de venir enregistrer des morceaux dans un studio de fortune avec Matt Fowler et Cico Beck. L’aventure dura 14 jours. 14 jours qui ne furent manifestement pas inutiles puisque l’album qui découla de cette rencontre est un petit bijou de douceur pop à la sensibilité douce et détachée. En fait, c’est tout à fait le genre de disque qui rentre dans l’identité du label Morr Music. Une sorte de sucrerie faussement naïve avec des penchants électroniques qui allie ici autant la langue anglaise que japonaise. Chacun y met ici de sa personnalité et Spirit Fest excelle dans cette pop tintinnabulante et on ne peut qu’être sous le charme. Markus Acher avait donc bien flairé un bon coup et il savait pertinemment qu’il avait des atomes crochus avec Tenniscoats. C’était quasiment gagné d’avance mais encore fallait-il que la sauce prenne. Celle-ci a bien pris et cet album est un exemple de ce qui peut se faire de mieux dans le genre. Une réussite à tous points de vue.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 16-01-2018

A voir également :

https://spiritfest.bandcamp.com/

?>