.:.Chronique.:.

Pochette

Staches, The

Placid Faces

[Les Disques Bongo Joe::2016]

|01 Transistor|02 Smokey Glitter Pants|03 E.N.D.|04 Space Is A Lover|05 Fury|06 Sweet Shit|07 Inside My Grave|08 I Don't Bother|09 Plastic Phrases|10 Total Commitment|11 Truths|

Les formules les plus simples sont souvent les meilleures. C'est ce qu'avait compris, en son temps, le punk et ceux qui ont gravité autour. Ceux là qui avaient compris et imposé l'idée que la musique n'était pas réservée qu'à des techniciens. La force brute d'une idée pouvait suffire pour tout emporter avec elle. Bien évidemment, The Staches, formation suisse, ne peut pas vraiment se targuer d'être une usine à idées mais ils ont bien intégré celle qui font d'eux un groupe assez séduisant. Placid Faces, qui est leur second album, est bien ce mélange de punk, post-punk et de garage qui aurait été remarqué au début des années 80. A la manière des Slits, The Staches se veut incisif, saignant mais aussi dansant. En somme un groupe cool. Ce n'est pas toujours facile de l'être et quand on force un peu le trait cela finit toujours par se voir. Heureusement chez The Staches ils ont encore du naturel en eux ce qui permet de rassurer un peu tout le monde. Placid Faces ne s'écoute donc pas avec l'idée que l'on a entre les mains un chef d'œuvre mais plutôt avec ce sentiment de passer un bon moment où le fun est bien le leitmotiv de ce disque. En un sens, dans l'esprit, ils seraient assez proche d'un groupe comme Peter Kernel avec une évocation à peine voilée à des groupes comme The Cramps, mais avec cette influence post-punk plus qu'affirmée et en créant volontairement une musique bancale et pleine d'énergie. Les Slits, The Cramps, Peter Kernel, on peut avoir moins bien comme type de comparaisons. En tout état de cause quand un groupe parvient à vous faire penser à de telles formations c'est qu'on a en partie réussi son coup. Le tout étant de confirmer avec la qualité des morceaux. De ce côté là, The Staches est aussi au niveau. Carton plein donc.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 30-11-2017

A voir également :

https://thestaches.bandcamp.com/

?>