.:.Chronique.:.

Pochette

Facteur Cheval

Adieu l'organique

[Humpty Dumpty Records::2017]

|01 Boucle |02 Les mains|03 Câble|04 (...)|05 Comme Robocop|06 Adieu l'organique|

Cela faisait un petit moment que l'on avait pas croisé le chemin de Carl Roosens. La dernière fois c'était avec l'album Où poser des yeux ? En 2009. Depuis celui que l'on connaissait que par son prénom s'est acoquiné avec des Hommes-boîtes pour un album sorti en 2013 (La paroi de ton ventre). Ici, il nous revient associé à Damien Magnette (Zoft), Nicolas Giotto (Why the Eye ?, Zoft) et Christophe Rault (Tanakan) sous le nom de Facteur Cheval (à ne pas confondre avec Facteurs Chevaux qui est à des années lumières de ce que font les belges) et avec un disque complètement halluciné. Entre math-rock, musique dada et rock in oposition, Adieu l'organique est une véritable déflagration dans le Landerneau du rock parfois un peu trop policé d'ici ou d'ailleurs. Honnêtement on ne sait pas trop ce qu'ils prennent parce que quand Carl Roosens s'attarde sur "un vers de terre [qui] trace dans la boue des parenthèses pour trois cailloux" ( (...) ), on se dit que la camisole de force n'est pas très loin. Pour autant, Adieu l'organique est un disque autant fascinant que jouissif. On se prête aisément aux délires dadas de Roosens et de ses camarades tant les morceaux sont de véritables coups de poing. Il leur suffit de six titres pour nous mettre à genoux. En tout cas il est clair que ce n'est pas avec ce disque qu'ils deviendront riche ou qu'ils toucheront le grand public. Non, Adieu l'organique n'est pas fait pour tout le monde. Trop intelligent, trop brutal, allant trop loin, ne reculant devant rien. Faites le écouter à un participant de n'importe quelle télé réalité vous pouvez être sur que ça va lui griller le très peu de neurones qu'il lui reste. Adieu l'organique c'est fait pour vous retourner le cerveau et l'estomac et c'est tellement bon que vous en redemanderez. C'est cela qu'il y a d'intéressant dans ces musiques quelque peu conflictuelles et un peu folles. Elles vous bousculent et vous font douter de vos propres certitudes. Implacable et indispensable donc.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 12-10-2017

A voir également :

https://facteurchevalmusic.bandcamp.com/

?>