.:.Chronique.:.

Pochette

Soley

Endless Summer

[Morr Music::2017]

|01 ùa|02 Sing Wood to Silence|03 In Between|04 Never Cry Moon|05 Grow|06 Before Falling|07 Traveller|08 Endless Summer|

Depuis qu'elle a pris son envol en solitaire on ne peut pas dire que Soley nous ait déçu. Deux albums impeccables (We Sink et Ask the Deep) qui nous donné le grand frisson. Ici, l'islandaise continue sur sa lancée. Des morceaux à la beauté tragique avec ce chant si particulier qui fait sa marque de fabrique. Comment ne pas céder à la force tranquille et hivernale de la jeune femme. Même si ici le titre de l'album laisse entendre que l'on s'éloigne des grandes étendues glacées du grand nord, on imagine que cet été infini n'est qu'un rêve, un fantasme, une réalité lointaine. Il ne peut en être qu'ainsi. La délicatesse de la musique de Soley, sa douce fantasmagorie est certainement plus proche d'un été dont les chaleurs n'auraient rien de torrides. Entre suggestions mélancoliques et envolées oniriques, Soley a une fois de plus ce côté précieux et attachant qui la rend presque intouchable. Parfois on pense à Kristin Hersch dans sa manière de mener ses mélodies. Mais la comparaison s'arrête là. Soley, est viscéralement dans la tradition nordique, avec ce feeling si particulier qu'on a du mal retrouver ailleurs dans les autres parties du globe (ou alors très différemment). Endless Summer succède dignement aux précédents disque. Et le challenge était de taille. Cependant, Soley n'est sans doute pas du genre à se demander comment elle ferait pour être à la hauteur de ce qu'elle a déjà pu faire. Un disque comme Endless Summer donne le sentiment de quelqu'un qui avance au jour le jour tout en ayant une vision précise de ce qu'elle veut. Son imagination seule la porte et ce qui se trouve derrière elle le reste définitivement. Malgré cette apparente fragilité, Soley sait ce qu'elle veut et sa musique est de plus en plus assurée donnant sans doute plus de force à la magie qui l'habite. Soley n'est sans doute pas dans un renouvellement totale mais Endless Summer joue sur les formes les plus oniriques et d'une poésie sonore qui semble inépuisable. Une fois de plus Soley se montre à la hauteur et, presque sans faire de bruit, elle est en train de devenir indispensable.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 19-05-2017

?>