.:.Chronique.:.

Pochette

Motorama

Dialogues

[2016::Talitres]

|01 Hard Times|02 Tell Me|03 Sign|04 Loneliness|05 Above the Clouds|06 I See You|07 Deep|08 Someone Is Missed|09 Reflection|10 By Your Side|

Les russes de Motorama ne font pas énormément de bruit mais cela reste un groupe apprécié. La raison en est simple. Ils ont toujours su rester à leur place, n'essayant pas d'aller plus haut de ce dont ils sont réellement capables, comme une forme de réalisme, et de réaliser la meilleure musique possible avec les moyens qui sont les leurs. Motorama est donc un groupe assez humble et cela transparaît dans ses disques. Si à l'époque de Calendar on les considérait encore comme de bons élèves du post-punk, il faut avouer, qu'aujourd'hui, ils ont passé un cap. Un cap qui se traduit par une musique clairement assumée, qui ne s'est pas encore débarrassé d'une certaine timidité mais qui sait se rendre touchante et intelligente. En effet, si Dialogues est un condensé de ce qu'on a pu entendre dans l'indie-pop, tendance qui va de Sarah Records à Belle and Sebastian, Motorama garde une naïveté qui, malgré un chanteur parfois agaçant tellement sa neurasthénie gâche par moments les morceaux, nous rappelle que les formules les plus simples sont souvent les plus efficaces. Et efficaces, Motorama le sont mais sans que l'on monte non plus dans les tours. Dialogues, c'est comme ces délicieuses friandises qu'on ne peut s'empêcher de réécouter sans honte, sans avoir l'impression de s'ennuyer mais, d'un autre côté, sans avoir le sentiment de tenir le chef d'œuvre absolu de ces dernières années. Le simple plaisir de l'écoute, de ces mélodies caressantes et pleines de fraîcheurs suffisent à notre bonheur. La pointe de mélancolie faisant le reste on ne peut que tomber sous le charme de ce disque d'un Motorama qui s'affirme de plus en plus comme un groupe d'un bon calibre. Disque soyeux, Dialogues manque d'un rien l'excellence, la faute à un Vladislav Parshin qui manque parfois de justesse dans le chant. Il arrive que les imperfections donne de l'originalité. Pas ici et c'est là qu'on se dit qu'il est dommage que le résultat soit ainsi faussé. Il vaut mieux rester sur la meilleure impression possible, Parshin étant aussi un bon song-writer. Il serait dommage de rester sur quelques petits couacs qui, dans l'ensemble, peuvent sembler marginaux. Ne boudons pas notre plaisir, voulez-vous.

note : 7

par Fabien, chronique publiée le 16-05-2017

A voir également :

http://www.wearemotorama.com/

?>