.:.Chronique.:.

Pochette

Van Houdt, Reinier

Paths of the Errant Gaze

[Hallow Ground::2016]

|01 Atopic Radio|02 The Fabric of Loss|03 Orphic Asylum|04 Vessel|05 Gaussian Veils|06 Transfinite Spectre|07 Vapours|

Pianiste de son état, Reinier Van Houdt s'est illustré en jouant les œuvres de Robert Ashley ou Charlemagne Palestine, côtoyant des monstres sacrés comme John Cage ou Luc Ferrari, collaborant avec Current 93, John Zorn, Christian Marclay ou Antnoy Hegarty mais moins pour ses propres travaux. Enfin, ses travaux solos puisque ceux-ci n'ont que peu de résonances discographiques. Van Houdt apparaît de nombreuses fois mais dans le cadre des errances musicales des autres. De fait, Paths of the Errant Gaze fait presque preuve d'exception puisque le néerlandais sort, pour une fois, un disque sous son propre nom. Cet album fait resurgir les obsessions de son auteur. Celui-ci est le résultat d'un travail d'enregistrement journalier où Reinier Van Houdt s'est mis à s'intéresser à des sons d'objets, de situations ou de moments particuliers qui pour lui avait un sens. De cette matière il construit une collection abstraite, semi-consciente et brumeuse de ce qui a occupé son cerveau et son quotidien. Van Houdt ne tient pas spécialement ici à approcher le réel. Bien au contraire, l'univers de Paths of the Errant Gaze est clairement fantasmé et il agit comme un élément perturbateur, parasitant ce qui nous entoure. A la fois anxiogène et rêveur, Paths of the Errant Gaze est toujours sur la corde raide, jouant sur les effets d'une santé mentale précaire qui ne sait si elle doit basculer dans la folie ou non. Ainsi, Reinier Van Houdt joue avec les sons avec cette impression d'être dans un demi-sommeil avec toutes les distorsions du réel que cela peut entraîner. Disque singulier, proche des mouvances concrètes, Paths of the Errant Gaze traduit une belle idée de la musique expérimentale de ces dernières années mais avec, tout de même, ce sentiment qu'il est grand temps de renouveler le genre. Si Reinier Van Houdt apporte clairement sa patte, il reste encore ancré dans des schémas utilisés maintes fois. Pour autant, les sensations sont bien là et cet album est une réussite globale. Reste à savoir comment Van Houdt saura évoluer en solo à l'avenir.

note : 7

par Fabien, chronique publiée le 21-03-2017

A voir également :

http://www.reiniervanhoudt.nl/

?>