.:.Chronique.:.

Pochette

Sixth Minor

Amygdalae

[Megaphone Records::2016]

|01 Pineal|02 Thalamus|03 Amygdalae|04 Hypoglossal|05 Medulla|06 Chiasma I|07 Chiasma II|08 Fornix|09 Pyramid|

Bon là, c'est bon, ils sont lancés. Si ils ont mis du temps à sortir leur premier album (Wireframe), Sixth Minor (désormais trio avec l'arrivée de Francesco Giuliano) est dans des délais de livraison plus raisonnable. Deux ans, donc, après Wireframe, voici donc Amygdalae qui offre une belle évolution du groupe. L'influence post-rock du groupe est, en effet, réduit à sa portion congrue et c'est plus un côté électro-noise-indus qui est en train de prendre nettement le dessus. Clairement, Sixth Minor est en train de muscler son propos et l'équation power-électronique et déflagration post-noise fait mouche. Déjà, Wireframe offrait des possibilités mais on ne savait pas trop de quel côté le groupe finirait par pencher. Si ils sont toujours adeptes des grandes envolées avec des guitares claires, héroïques et aériennes, celles-ci se font plus rares et c'est plus dans l'impact électronique et l'aspect métronomique d'une batterie imposante que Sixth Minor semble s'épanouir. En soi, il n'y a pas de regrets à avoir et tant pis pour les puristes si ceux-ci trouvent que ce disque arrive avec de gros sabots. En fait, Amygdalae est sans doute plus subtile qu'il n'y parait. De prime abord nous n'avons pas affaire avec un disque de gros bourrins. Pour autant, Amygdalae n'est pas de ces disques qui vous font rester entre quatre murs. Imposant mais loin d'être handicapé par de grosses lourdeurs, ce disque développe une grosse énergie qui n'empêche aucunement d'être plus subtile que le rentre dedans permanent. Les choses ne sont donc pas aussi simples qu'ils n'y paraissent. Les italiens savent souffler le chaud et le froid sur leur musique et prendre ainsi son petit monde à contre-pieds. Ce n'est pas plus mal car cela enlève toute monotonie ou une overdose à force de se faire pilonner les oreilles à coup beats et de synthés agressifs. Sixth Minor, si ils donnaient l'impression encore de se chercher sur Wireframe, sont en train ici d'opérer une mutation dont on ne sait encore si elle sera définitive. En tout cas, Sixth Minor prend de la hauteur et devient un groupe de plus en plus attrayant. Pour autant, avec le chemin qu'ils viennent de prendre, le risque est de devenir à terme une caricature d'eux même. Pour l'instant, le groupe fait feu de tout bois et ils sont loin d'être hors jeu.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 20-01-2017

A voir également :

http://www.sixthminor.com/

?>