.:.Chronique.:.

Pochette

Gintas K

Low

[Opa Loka Records::2016]

|01 Pri|02 Pazr|03 Git|04 Tas|05 Geras|06 Po|07 Jodds|08 Gg2|09 Giu|10 Arsi|11 zrtQEW|

La boucle est bouclée. En effet, Low vient clore une trilogie entamée par Lovely Banalties et qui fut suivie par Slow. Trois disques, trois labels (Cronica, Baskaru, Opa Loka), Gintas Kraptavicius continue d'explorer une musique électronique aussi minutieuse qu'expérimentale. De manière quasi chirurgicale, Gintas K nous propose onze morceaux qui allie le glitch et l'ambiant tout en ne se contentant pas d'employer une logique contemplative à sa musique. Low peut l'être bien souvent mais n'être que dans cette approche n'aurait eu que peut d'intérêt. Celui-ci réside dans cette volonté de mettre en évidence de multiples textures sonores, les associer, construire des morceaux qui n'auraient rien de linéaires et apporter différentes couleurs à une musique que l'on considère généralement comme froide et peu encline à susciter des émotions trop fortes. C'est sans doute pour cela que Low est très en relief, n'hésitant pas à s'engouffrer dans des sonorités plus abruptes ou plus sales pour que l'auditeur ne soit pas dans une position de confort total. Gintas K tient à ce que celui-ci soit surpris, qu'il ne sache pas comment les morceaux vont se dérouler. Et c'est souvent le problème dans bien des disques. Les premières notes, les premières structures annoncent bien souvent le reste sans pour autant que l'on soit devin, au point que cela en devient presque gênant. On ne pourra pas dire cela de Low car Gintas K change son fusil d'épaule autant de fois qu'il le peut mais sans aller non plus dans les extrêmes. Low se doit aussi d'être un album digeste même si certains instant penchent vers le noise. Low n'est certes pas toujours à appréhender car ambivalent, n'étant jamais deux fois dans le même registre et s'accordant sur le fait qu'il ne peut y avoir de répétition. Pour autant Low apporte son lot de satisfaction car Gintas K sait parfaitement construire sa musique et nous emmener là où il le souhaite c'est à dire dans cette sorte d'inconnu sonore qui appelle la curiosité et le bizarre. Une réussite, une fois de plus.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 19-01-2017

A voir également :

https://gintask.bandcamp.com/

https://opaloka-records.bandcamp.com/

?>