.:.Chronique.:.

Pochette

Craig, Leighton

Green Coronet

[A Guide to Saints::2016]

|01 Green Veil|02 Drowned World|03 Solar Causeways|04 Divided by Zero|

Qu'on se le dise. Leighton Craig a "joué un rôle central dans la communauté musicale des outsiders de Brisbane". Je ne sais pas si cela veut dire grand chose mais en tout cas, c'est comme si on nous chuchotait à l'oreille que le bonhomme fait une musique pas comme les autres et particulièrement originale sinon il ne ferait pas parti de ces fameux outsiders et serait parmi le gratin de la fange maintsream qui débite de la musique en tranche sans autre forme de nuance. Membre de The Deadnotes et de The Lost Domain, Leighton Craig n'est pas ce qu'on peut appeler un artiste populaire. Il navigue bien dans les eaux troubles de l'underground et semble bien s'y plaire. Déjà auteur d'un album en solitaire sorti chez Room 40 (11 Easy Pieces), l'australien d'adoption (il serait né en Nouvelle Zélande...) remet le couvert avec ce Green Coronet onirique, tonal et fantasmagorique qui remet un peu de sel dans l'ambiant en surgelé qu'on nous sert un peu trop souvent. Dans une ambiance de forêt vierge, accompagnée de petites mélodies suaves et tintinnabulantes, Leighton Craig nous délivre quatre pièces voyageuses qui ont cet avantage de ne pas être trop propres sur elles. En effet, Craig laisse volontairement les sonorités se salir et divaguer au gré de ce que la nature nous propose. Fields recordings, mélodies hors du temps et instinctives sont le leitmotiv de ce disque peut-être pas aussi atypique qu'on le voudrait mais qui est admirablement construit. Leighton Craig réussit son coup et nous transporte dans un monde de félicité et de beauté pure. On sentirait presque l'eau couler sur nos peaux tout en écoutant la nature nous parler. Ici la musique fait corps avec l'environnement que Leighton Craig a choisi d'imager. On n'ose plus bouger. On écoute. On évite de perturber en devenant cette quantité négligeable de ce même environnement. Un peu de paix donc, dans un monde qui est en train de s'enfoncer doucement mais surement dans une matière molle et malodorante qui ne dit pas son nom.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 16-01-2017

A voir également :

https://leightoncraig.bandcamp.com/

?>