.:.Chronique.:.

Pochette

Serph

Plus Ultra

[Noble::2016]

|01 Airplaine|02 Circus (Barnstorm Version)|03 Feather (Overdrive Version)|04 Shift (Aquatic Version)|05 Monsoon (Unknown Season Version)|06 A Whim (Solid Jam Version)|07 Missing (Finally Found Version)|08 Pen on Stapler (Cinematic Version)|09 Soul for Toys (Pilgrim Version)|10 Vitt (Toytronic Version)|11 Luck (Darjeeling Version)|12 Memories|13 Lumina (Holiday Version)|

Serph a prit un abonnement chez nous. Plus Ultra n'est pas moins que le cinquième album qui est chroniqué sur Liability. Ce n'est pas un traitement de faveur c'est juste qu'on aime généralement bien ce fait le tokyoite. Et ce, que ce soit sous son nom de Serph, que ceux de Reliq, Takma ou dans le duo N-qia qu'il forme avec la chanteuse Nozomi et dans Haq qui n'est rien moins que N-qia agrémenté du britannique Harold Nono. On a quand même laissé passer deux albums (Mythopoeia et Hyperion Suites) mais retrouver le japonais est toujours un plaisir. Plus Ultra ravi une fois de plus nos tympans tant il s'inscrit dans une musique riche et flamboyante. On retrouve toujours les mêmes ingrédients que sur les albums précédents mais le vrai tour de force de Serph est de ne jamais donner l'impression de se répéter, cherchant toujours à rebondir, à créer une musique aussi enthousiaste que rêveuse. En soi, Serph a gardé son âme d'enfant et Plus Ultra est ce genre de disque scintillant qui déborde d'une richesse sonore qui peut paraître un peu tape à l'œil et clinquante mais qui ne faillit jamais par sa sincérité. En fait, Plus Ultra montre que Serph ne faiblit pas, que son cerveau fonctionne à plein régime (à contrario d'autres dont l'encéphalogramme plat est de notoriété publique) et qu'il fourmille d'idées, d'arrangements chatoyants mettant en avant une bonne humeur inébranlable. Vous me direz que ce disque n'est qu'une compilation comme une autre. Et bien non. Enfin, pas tout à fait. Car oui, Plus Ultra (malgré deux inédits), est bien une compilation de titres issus de ses albums précédents. Serph a choisi plusieurs morceaux sensés le représenter au mieux tout en décidant de les retravailler pour leur donner une nouvelle vie. Le résultat reste étonnant et montre que Serph sait se réinventer pour que Plus Ultra ne ressemble pas à une vulgaire compilation qui, la plupart du temps, n'apporte rien. Serph a été plus intelligent et c'est tout à son honneur.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 10-01-2017

A voir également :

http://www.noble-label.net/artist/?en&serph

?>