.:.Chronique.:.

Pochette

Sixth Minor

Wireframe

[Megaphone Records::2014]

|01 Eser|02 Blackwood|03 Frozen|04 Etif|05 Last Day on Earth|06 Hexagone|07 Greyhues|08 Outro|

Formé à Naples en 2007 par Andrea Gallo et Renato Longobardi, Sixth Minor aura mis un peu de temps avant de sortir son premier album. Sept années, cela peut paraître long mais c'est parfois nécessaire pour ne pas avoir à se tromper sur ce que l'on fait. On le sait, certains artistes sont plus rapides que d'autres mais il y a aussi parfois des questions d'opportunités. On avancera aucune théorie sur le pourquoi du comment en ce qui concerne Sixth Minor mais les faits sont là. Wireframe a mis un peu de temps avant de prendre forme. Le principal c'est que ce disque protéiforme soit parvenu jusqu'à nous. Oui, car si le fonds du disque est à mettre dans un post-rock aérien à la Explosion In the Sky ou, à la rigueur, un groupe comme Envy avec ce côté screamo en moins. Ceci étant, le post-rock aérien et rêveur de Sixth Minor est bien hybride car celui-ci n'hésite pas à employé des procédés instrumentaux qu'on ne rencontre que rarement dans le genre. Ainsi, les italiens s'emploient à se dégager des stéréotypes en utilisant une instrumentation électronique qu'ils associent à des guitares électriques cristallines qui, pour le coup, sont de circonstances. Le résultat est assez convaincant même si, parfois, il ne parvient pas toujours à trouver sa place. Wireframe est sans doute une porte ouverte sur le post-rock de demain, sur comment celui-ci peut évoluer. En tout cas Sixth Minor explore avec une musique prometteuse, émotionnelle comme il se doit mais aussi des plus aventureuse et atmosphérique. Mais de cette architecture, Sixth Minor sait aussi s'en extirpe pour être plus pugnace et bruyant sans, pour autant, négliger l'aspect mélodique si important. En un mot comme en cent Wireframe est un disque convaincant mais de la part d'un groupe qui a encore une marge de progression assez importante. De quoi seront fait les prochains jours de Sixth Minor ? Cela peut-être difficile de le dire juste après l'écoute de Wireframe mais on a envie de leur faire confiance. C'est déjà une bonne chose.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 21-11-2016

A voir également :

http://www.sixthminor.com/

?>