.:.Chronique.:.

Pochette

El Perro Del Mar

Kokoro

[The Control Group::2016]

|01 Endless Ways|02 Kokoro|03 Breadandbutter|04 Clean Your Window|05 Ging Ging|06 Kouign-Amman|07 A-Bun-Dance|08 Hard Soft Hard|09 Ding Sum|10 Nougat Mind|

Que de chemin parcouru depuis son premier album, From the Valley to the Stars (2008), sur lequel on avait connu une jeune femme frêle, timide, à la voix diaphane posée sur des mélodies automnales et fragiles. Aujourd'hui, pour Kokoro, son quatrième album, on la retrouve plus sure d'elle, pétrie d'une expérience solide et prompte à prendre plus de risques. En gros la Sarah Assbrings de 2016 n'a plus grand chose à voir avec celle de 2008. Elle a évolué et dans le bon sens. Elle a clairement ce côté plaintif et un peu souffreteux de ses débuts pour nous proposer des chansons plus riches, plus chaleureuses et surtout plus vivantes. Il suffit d'écouter des morceaux comme Ging Ging ou Breadandbutter pour s'en rendre compte. Mais n'exagérons pas non plus. Ce qui figure sur Kokoro n'est pas à l'extrême opposé de ce qu'elle a pu faire. El Perro Del Mar garde une certaine candeur, une grâce naturelle qui rend l'ensemble léger mais en se tournant vers une musique surement plus mature. D'une femme enfant, Sarah Assbrings est passée à l'âge adulte. Et nous, on a presque rien vu venir. Mais en un sens, il fallait que cela se passe comme cela. El Perro Del Mar est un projet musical qui est fait pour ne pas rester dans le marbre et le fait d'évoluer fait naturellement parti de l'ADN de la chanteuse. Sinon, elle se serait contentée d'un seul album et on se serait souvenu d'elle comme l'interprète éternelle de From the Valley to the Stars. Avec Kokoro, elle écrit un nouveau chapitre de son histoire, de sa vie d'artiste en continuelle construction. Ce disque haut en couleur s'éloigne des tons pastels de la décennie précédente et il incarne une pop plus volontaire et rayonnante tout en gardant une dose de naïveté. Honnêtement, j'ai toujours pensé qu'elle disparaitrait rapidement et que les exploits d'antan n'auraient pas de lendemain. Aujourd'hui elle me donne tort et il est bon de se tromper quand on est capable de réaliser un album de la trempe de Kokoro.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 07-10-2016

A voir également :

http://www.elperrodelmar.com/

?>