.:.Chronique.:.

Pochette

Mieville, Emmanuel

Ethers

[Baskaru::2015]

|01 Fertile Drone|02 Sur le pont|03 Watt Station|04 Island Ferrysm|

Ce qu'il y a d'appréciable dans le field recordings c'est qu'on a toujours l'impression de découvrir un ailleurs magnifié et lointain. Et ce quand bien même celui-ci aurait été enregistré à deux pas de chez vous. L'infini possibilité des sons émise par l'activité humaine ou non humaine nous amène à un état bien souvent extatique quand ceux-ci sont parfaitement utilisés. Et il va de soi qu'Emmanuel Mieville, rejeton du GRM (Groupe de Recherches Musicales, créé sous l'impulsion de Pierre Schaeffer et de Pierre Henry) et créateur pour France Culture et France Musique, est en mesure de modeler des sons de provenances diverses collectées en France, à Hong Kong ou au Maroc. En soi, cela reste un travail de précision qui n'exclut jamais la poésie sonore et l'appel au voyage qu'il soit cérébral ou physique. Ethers, qui est le second disque que Mieville réalise pour l'excellent label Baskaru, propose tous ces ingrédients, ces espaces maléables et brumeux qui dépassent le cadre de la normalité, mettant en exergue ce que l'on entend chaque jour sans vraiment y prêter attention. L'approche d'Emmanuel Mieville est celle des milieux urbains, ceux dont on a parfois le plus de mal à appréhender parce que ce sont ceux-là même dont on ignore généralement l'importance en les considérant comme nuisibles ou négligeables. Pour autant ceux-ci sont symptomatiques de ce que sont les milieux urbains, dans leurs activités, leurs développements, leurs places dans notre quotidien. Ici, Mieville les mets en valeur, ne les dénigre pas et s'en sert comme matière première pour y trouver une incarnation d'une musique éthérée. Certes, il n'est pas le premier à utiliser ce genre de matériau ni à explorer ce genre de musique idéalisée. Pour autant, Ethers n'est pas sans valeur et Mieville se montre ici comme un créateur et un architecte sonore hors pair laissant apparaître des constructions musicales qui sont autant des incarnations de la musique concrète que de l'ambient. A ce niveau, Emmanuel Mieville a parfaitement réussi son coup.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 22-09-2016

A voir également :

http://emieville.free.fr/

?>