.:.Chronique.:.

Pochette

Monno

Cheval Ouvert

[Idiosyncratics::2013]

|01 I|02 II|03 III|04 IV|

Ca faisait longtemps qu'on n'avait pas parlé de ce groupe suisse. Et cela fait longtemps qu'on aurait du le faire. La dernière fois qu'on les avait croisé c'était avec l'album Ghosts et l'expérience s'était révélée assez convaincante. Cheval Ouvert prend la même tournure et très rapidement on sait que l'on ne va pas être déçu. Et ce pour plusieurs raisons. Quand on sait qu'il a été enregistré par Roli Mossiman (un des membres fondateur de Swans et producteur entre autre pour Young Gods, Skinny Puppy ou New Order) et été masterisé par James Plotkin (Khanate), on se dit qu'on part sur de bonnes bases. Chose confirmée à la vitesse de la lumière tant on se prend en pleine face le premier morceau sombrement intitulé I (les autres titres porteront de la même manière ce genre de nom évasif que sont les chiffres romains). Une force brute et hallucinée qui déploie ses ailes de la plus menaçante manière qui soit. Cheval Ouvert est bien comme ce genre de cheval fou qui ne sait plus comment s'arrêter, emporté par un tourbillon sonique qui écrase tout sur son chemin. Monno ne fait pas dans le détail. Quoique. Oui, quoique parce que Cheval Ouvert n'est pas qu'un mur sonore amplifié. Si on se donne la peine d'écouter avec attention (ce qui est un exercice périlleux pour certains) on se rend compte que Monno construit son propos de manière bien plus subtile qu'il n'y paraît. Les variations et différentes distorsions semblent parfaitement pensées et non pas issues d'improvisations sous influences hypnotiques. Dans cette forme de folie presque barbare, Monno s'emploie à donner un contour intelligent à l'ensemble. Donc, non, Cheval Ouvert n'est pas qu'un cri primal et le radicalisme avoué de ce disque ne saurait être qu'une entité sonore extrémiste non articulée et organisée. C'est en ce sens que Monno étonne car au-delà de l'effort bruitiste il existe une réelle réflexion quant à la mise en forme. Le résultat est ébouriffant, massif et d'une qualité hors norme. Peut-être le meilleur disque de la formation suisse à ce jour.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 12-06-2016

A voir également :

http://www.earpolitics.net/monno/

?>