.:.Chronique.:.

Pochette

Tue-Loup

Ramo

[Dessous de Scène::2016]

|01 Glace|02 Empreinte|03 La haute épine|04 In vivo|05 Tejo|06 Hirondelle|07 Bouquet contre la peur|08 Carpe Diem|09 Le tigre voyageur|10 Ton frère|11 La forge clandestine|12 Ramon contra o medo|

Il y a quelque chose d'inexplicable dans la musique de Tue-Loup. Et, à la limite, on aurait presque envie de ne pas le faire. Non par fainéantise mais tout simplement parce qu'un disque comme Ramo tombe sous le sens et qu'il laisse passer la lumière comme elle peut transpercer les persiennes d'une maison sans âge. Une musique qui prend son temps, qui ne se laisse aller et qui raconte des histoires sinueuses et sentimentales. Xavier Plumas nous avait, cependant, déjà fait le coup. Tue-Loup n'en est pas au stade du tâtonnement expérimental. On se souvient de leur précédent disque, 9, qui avait déjà toutes les qualités. Ramo ne fera peut-être pas mieux mais certainement pas moins bien. C'est ce qui force l'admiration chez Tue-Loup c'est cette constance inébranlable qui fait que Ramo est un petit joyau de justesse. Parce que ce n'est rien d'autre que ça. Tue-Loup joue entre les lumières et les ombres, se situe dans un entre deux qui se révèle être l'endroit idéal pour développer l'effusion de sentiments profonds et sincères. C'est en tout cas dans ce registre que Xavier Plumas s'exprime le mieux. Il n'y a pas de faux semblants. Il n'y a que des instants de vie où le groupe, et plus encore son chanteur, sont à fleur de peau. Sous des atours assez classiques Tue-Loup déploie toute une palette de couleur quasi automnale pour lesquels on ne peut que tomber sous le charme. Cela fait plus de vingt ans que la formation ligérienne s'emploie à donner des lettres de noblesse à une chanson française qui laisse de plus en plus la place à la médiocrité. Ce n'est pas de l'aigreur, c'est juste un constat. Il suffit de faire un tour d'horizon de la bande fm ou de se pencher sur l'évolution des Victoires de la Musique pour se dire qu'on aime bien se tirer une balle dans le pieds et ce à plusieurs reprises. Il est un fait que Tue-Loup est à des années lumières de tout cela. Son approche fine et limpide doublée par des textes ciselés montre qu'il existe une autre voie. Mais cette voie là n'est pas faite pour séduire les diffuseurs médiatiques de la musique qui, de plus en plus, sont plus des agents marketing qu'autre chose. On se console en se disant que Ramo est l'une des plus belle chose que l'on ait écouté ces derniers temps. Et en ce qui concerne Tue-Loup c'est devenu une chouette habitude.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 25-05-2016

?>