.:.Chronique.:.

Pochette

Haswell, Russell & Pain Jerk

Electroacoustic Sludge Dither Transformation Smear Grind Decomposition nO!se File Exchange Mega Edit

[Editions Mego::2014]

|01 Russell Haswell's Mega |02 Pain Jerk's Mega Edit|

Certes, il y avait certainement moyen de faire plus court comme titre. Et plus simple aussi parce qu'il va être difficile de le retenir et de le placer dans une conversation. On s'évertuera, pour faire son intéressant, à ne donner que le nom des auteurs. Oui, parce que on ne parle pas de Russel Haswell et de Pain Jerk comme on parle des Fréro Delavega, voyez-vous. En effet, Haswell et Pain Jerk sont les fiers représentants de la scène noise. Le genre d'attentats sonores que ne peuvent raisonnablement pas comprendre les fans de chanteurs pour boy-scouts. Si on connaît un peu plus Russell Haswell (être un fidèle d'Editions Mego ça aide), on a un peu moins de recul sur le japonais Kohei Gomi aka Pain Jerk. Pourtant, celui-ci est prolifique et compte plusieurs collaborations avec John Wiese, Incapacitants ou Anla Courtis. Les deux trublions bruitistes se connaissent depuis 1997 mais n'avaient jamais rien fait ensemble sur disque. Une lacune aujourd'hui comblé avec ce disque monumental qui tient sur deux morceaux mais dont la durée cumulée approche les deux heures. Autant dire, qu'il faut s'accrocher. Parce que oui, les deux hommes savent mettre nos nerfs à rude épreuve et le titre de ce disque résume parfaitement ce qu'on peut y entendre. Disque abrupt, volontairement accidenté et rentre dedans, il n'est clairement pas fait pour adoucir les mœurs même s'il connaît quelques instants d'accalmie. Le duo s'en donne ici à cœur joie dans les distorsions et la destruction sonore systématique. Du noise, donc, doublé de drones agressifs et parfois fantaisistes, dans toute sa splendeur. On ne se refait pas. Cet album a au moins le mérite de mélanger pas mal de genres de l'électronique expérimentale autour d'une ossature noise que l'on doit bien admettre du plus bel effet. N'aimant aucunement le confort Haswell et Pain Jerk délivrent ici un album exigeant qui peut mettre à mal vos tympans. Mais bon, il faut bien souffrir de temps en temps et cela a quelque chose de bon, dans le fonds.

note : 7

par Fabien, chronique publiée le 11-05-2016

A voir également :

http://haswellstudio.com/

?>