.:.Chronique.:.

Pochette

Aymé

Coriobona

[Melasse Records::2016]

|01 More|02 So Heavy|03 The Shame|04 Weaker Heart|05 Broken Umbrellas|06 Enchanted|07 ESL (English Second Language)|08 Make Up|09 We Want You|10 The Middle|11 Bonus tracks : Your Absence's Here|

C'est fou ce que le pop-rock aux couleurs tropicales a eu tendance a envahir le terrain ces derniers temps. Ce n'est pas quelque chose de vraiment nouveau mais force est de constater que c'est quelque chose qui perdure. Dernière curiosité en date Aymé qui a connu quelques ancêtres sous les noms de 21YO et G.A.Y. (Golden Age of Yatching). Déjà auteur de deux ep (More et So Heavy), Aymé annonce de suite la couleur avec ce premier album en mettant évidence sur la table des influences qui vont de Talk Talk à Peter Gabriel en passant par Kate Bush. 80's quand tu nous tiens. En tout cas sur Coriobona c'est surtout l'ombre de Peter Gabriel qui plane, celui de San Jacinto jusqu'à, au moins, Sledgehammer. Hugo Aymé, parce que Aymé c'est sa créature, insuffle une fraîcheur de bon aloi et une décontraction qui est assez symptomatique de ce qui se fait actuellement dans l'indie-pop. Pour autant, il serait malhonnête de considérer Aymé comme un suiveur aux idées plus que limitées. Non, Aymé s'inscrit dans un mouvement d'une musique qui se veut aussi sautillante qu'universelle. Une musique qui a tous les attributs de la modernité mais ne se veut aucunement urbaine mais pas complètement champêtre non plus. Nous sommes loin de la folk ou de l'alter-folk. L'approche de Aymé bien plus proche que celle du Gab, de sa vision ouverte sur le monde et humaniste. C'est peut-être cela qu'il faut comprendre quand Aymé parle de « visions néo-hippies » et « formules mathématiques manufacturées ». Et oui, cette description n'est pas tout à fait idiote dans le sens où il y a dans Coriobona cette légèreté, cette spontanéité presque naïve qui s'en dégage comme une véritable plongée dans un environnement débarrassé des traces trop visibles de la civilisation. En parallèle, il y a ces mélodies qui ne sont pas aussi simplistes que cela. Il y a un gros effort d'écriture et d'arrangements qui font ici plus que merveille. Alors Coriobona est un disque léger, dansant, coloré mais il est certainement plus qu'une simple sucrerie. Hugo Aymé est ici dans son élément, comme un poisson dans l'eau. Ca rend sûrement les choses plus faciles et abordables. Et pour nous, cela nous permet de nous évader de la grisaille ambiante. Non négligeable par les temps qui courent.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 02-02-2016

A voir également :

https://www.facebook.com/aymeofficial/

?>