.:.Chronique.:.

Pochette

Betunizer

Gran Veta

[Bcore Disc::2014]

|01 Ford Carrillada|02 Aleluya|03 Acaricia tu tema|04 Cadera española|05 Talco y bronce|06 Le Coq Sportif|07 La mancadita|08 Pantera pura|09 El Rolls Royce de los suavizantes|10 El ritmo que tú tienes|

Si The Ex venait à disparaître on pourrait toujours se consoler avec Betunizer. En tout cas c'est bien l'impression que laissent ces espagnols quand on écoute ce sympathique troisième album du groupe. On peut difficilement nier la filiation ou alors il faut être complètement ignorant de ce qu'a pu faire The Ex pendant ces trente dernières années. Sachant cela, on peut écouter ce troisième album de Betunizer avec un peu de recul. Et pourtant, bien qu'on sache que ceux qui ont des accointances très fortes avec un groupe en particulier (The Ex, pour le cas présent) on se laisse quand même séduire par Betunizer qui délivre un disque bien comme il faut. Nerveux, impactant, saignant, à poigne, énergique, Gran Veta reproduit parfaitement l'héritage du groupe hollandais. C'est presque à s'y méprendre. On comprend assez vite que ce n'est pas la formation de G.W.Sok et d'Andy Moor qui et aux manettes. Mais cela aurait pu être le cas. On n'entend pas beaucoup de différence dans l'approche, outre le fait que Betunizer chante en espagnol, des deux groupes. Pour autant, cela fonctionne tout aussi bien. Betunizer a bien assimilé l'esprit de The Ex, distillant un post-punk sans concession et dans chanson qui cognent comme des slogans que l'on crierait dans un mouvement de foule. Outre ce trop visible parallèle Gran Veta est bien un disque de très bonne facture qui fait perdurer une certaine idée des musiques amplifiées, celle qui joue sur des plaisirs orgasmiques et qui va droit au but tout en évitant le simplisme d'un punk sans imagination. On préfère encore ça qu'un groupe qui ne ferait que les choses à moitié et qui n'aurait d'autre option que de tout piquer à leurs glorieux aînés. Ce n'est pas le cas ici. Betunizer joue sa carte à fond tout en sachant ce qu'ils doivent à The Ex (et sûrement à quelques autres).

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 22-01-2016

A voir également :

https://betunizer.bandcamp.com/

?>