.:.Chronique.:.

Pochette

Nothing But Thieves

Nothing But Thieves

[RCA Victor::2015]

|01 Excuse Me|02 Ban All the Music|03 Wake Up Call|04 Itch|05 If I Get High|06 Graveyard Whistling|07 Hostage|08 Trip Switch|09 Lover, Please Stay|10 Drawing Pins|11 Painkiller|12 Tempt You (Evocatio)|13 Honey Whiskey|14 Hanging|15 Neon Brother|16 Six Billion|

Auteurs d'une ribambelle de singles et de ep, les britishs de Nothing But Thieves sortent enfin leur premier album. Fans de Muse, groupe auquel on les compare (à juste titre d'ailleurs) le plus souvent, réjouissez-vous. Oui, parce que cette formation de l'Essex est bien dans la veine du pachyderme pop-rock grandiloquent. D'ailleurs, il n'y a pas de hasard puisque Nothing But Thieves a ouvert pour eux en juillet 2015. Le monde est vraiment petit. Reste à savoir si ils sont aussi pénibles que la bande à Matthew Bellamy, ce qui serait une performance en soi. Muse, malgré le succès planétaire qui est le sien, est vite devenu une machine ronflante et mégalomaniaque. Il manquerait plus que d'autres groupes prennent le même chemin. Notre regard se tourne assez rapidement vers Nothing But Thieves pour voir si ils ne prennent pas dangereusement le même chemin. Globalement, il y a quand même quelques tics récurrents comme ce chanteur qui agit comme s'il était le centre du monde et dont les performances vocales, certes impressionnantes, ne sont pas sans rappeler celles de Matthew Bellamy, le même type d'emphase. On peut trouver cela un peu louche mais ce n'est pas quelque chose de très neuf dans le monde du rock. C'est même un lieu commun que de voir et entendre des groupes qui sont dans le même registre qu'un autre plus populaire et qui a initié une signature musicale. Reste à savoir si ça vaut vraiment le coup de s'attarder sur le cas Nothing But Thieves. Ce premier album n'est pas si désagréable que cela et les britanniques ne sont pas autant dans le pathos que Muse, ce qui laisse une marge d'écoute plus large et plus supportable. Les efforts du groupe sont certains mais on n'échappe pas à un rock assez mainstream, clairement bâti pour être joué dans des stades et qui se laisse parfois aller à quelques facilités. On reste donc dans le rock grand public avec sa machinerie bien huilée. Enfin, si vous êtes fans de Muse, il va de soi que vous risquez d'apprécier la chose. Dans le cas contraire, on vous promets une écoute qui sera comme le service militaire, longue et douloureuse.

note : 6

par Fabien, chronique publiée le 16-11-2015

A voir également :

http://www.nbthieves.com/

?>