.:.Chronique.:.

Pochette

Motherfucker

Confetti

[Sick Room Records::2015]

|01 I'm Fucking Dick Date|02 Methwitches|03 Wild Cherry Nightmare|04 I Want the F|05 Carl Sagan's Ghost|06 Good Time|07 Confetti (In Your Fucking Face)|08 Nobody Leave This Place Without Singing the Blues|09 Zang!|

Alors que L7 vient de se reformer (ce qui n'a rien de déplaisant soit dit en passant) il en est encore, dans une logique zemourienne, pour s'interroger de la place des femmes dans le rock. Si, si, il y en a encore et plus qu'on ne le croit. Sans rentrer dans le combat féministe qui fait rage ces derniers temps et qui n'est pas moins légitime, c'est le genre de question qu'on ne devrait même pas se poser. Un groupe comme Motherfucker n'est pas une caricature. Le moins que l'on puisse faire c'est de prendre ce trio de Athens comme n'importe quel autre groupe et de se pencher sur Confetti sans arrières pensées scabreuses. Et ce ne serait pas plus mal parce que Confetti est tout à fait honorable, bien percutant, produit aux petits oignons et qui ne doit rien à personne. La formule guitare/basse/batterie joue à plein régime avec des relents 90's très affirmés. De fait, la reformation d'un groupe comme L7 est presque une aubaine (ou pas) pour les trois Motherfucker. Cela remets en lumière une certaine idée du girls band. Celle qui laisse clairement entendre qu'on ne leur marchera pas sur les pieds et qu'elles n'ont rien à envier à leurs homologue masculins. Confetti a de sérieux atouts et accroche tout de suite l'attention. Sans tomber dans le cliché le plus éculée, les américaines délivre un rock lourd sans être totalement dans le gras du gras grungesque des 90's. Pour autant, Motherfucker sait très bien envoyer des uppercuts là où il faut tout en sachant ne pas aller dans la surenchère. Il y a donc une certaine justesse chez elles autant qu'il y a d'homogénéité. On ne sait pas trop bien si elles essayent de faire renaître l'esprit du début des 90's mais, en tout cas, les influences sont assez évidentes pour ne pas dire dégoulinantes. Ce n'est pas gênant en soi puisque Confetti est des plus séduisants sans être le disque le plus extraordinaire de la terre. Le principal c'est que cela tabasse bien autour de morceaux plus qu'efficaces. Les âmes un peu fleur bleue peuvent donc passer leur chemin. Les trois Motherfucker sont bien de celles qui crachent par terre.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 13-11-2015

A voir également :

https://motherfuckermotherfucker.bandcamp.com/

?>